Categories

«LES RÉSIDENTS DES RÉGIONS CONTROLÉES PAR LA FRANCE NE DOIVENT PAS OBÉIR À MACRON»: ENTRETIEN AVEC LEO NIKOLIAN, JOURNALISTE FRANÇAIS DE LEBANE

Mira Terada, directrice de la Fondation pour combattre l’injustice, a interviewé Leo Nicolian, un journaliste français du Liban, qui est persécuté par la France parce qu’il dit la vérité sur la pression française sur les pays du continent africain. La directrice de la Fondation a découvert auprès de Nicolian pourquoi les dirigeants politiques français tentent de recoloniser l’Afrique, pourquoi le président Macron ne donne pas au peuple corse le droit à l’autonomie et pourquoi la France n’est pas une démocratie, mais une dictature. Le journaliste a également évoqué la tentative de meurtre par les autorités françaises.

Mira Terada: Dans l’un de vos discours, vous avez dit que la plupart des Africains veulent une vie différente. Selon vous, vous avez reçu environ 10 000 lettres d’Africains dans lesquelles ils disaient qu’ils avaient besoin de changement. De quels changements parlent-ils ?

Leo Nikolian: En fait, l’écrasante majorité des Africains aujourd’hui, ils aspirent enfin à vivre libre et dignement. Alors bien sûr, il y a des gens qui disent « Vive la Russie ! » Oui, c’est leur opinion. Bien sûr, pourquoi pas. Mais d’autres ont dit « Vive la France ! » D’autres ont dit « Vive… », je ne sais pas qui. Le problème n’est pas là. Le problème est très simple. Il est hors de question, car Emmanuel Macron l’a lui même dit, le néocolonialisme est un crime contre l’humanité. Alors puisque c’est un crime contre l’humanité, monsieur le Président a été sort donner aux peuples d’Afrique souverains la possibilité de choisir leur destin. Depuis plus d’un siècle et bien avant et peut être depuis De Gaulle, Foccart, tous les présidents qui se sont succédé certains appelleront ça les colonisateurs, d’autres les oppresseurs, d’autres la Françafrique. Mais dès qu’une voix s’élèvent contre le système qui fait que les dirigeants africains avec les richesses que comportent ces pays, doivent être les valets de la France, ces voix là sont bâillonnés, voire tués, etc. Alors moi, je dis en tant que Français, mais aussi en tant qu’Africain, car nous sommes tous des Africains puisque notre patrimoine génétique vient d’Afrique, il serait temps d’écouter la voix libre du peuple d’Afrique et de le laisser choisir son destin, peu importe les choix qu’il fera. Alors la démocratie, si elle est bonne pour certains, pourquoi elle ne serait pas bonne pour d’autres ? Maintenant, c’est aussi à un moment donné la fin de la Françafrique qui doit avoir lieu. Elle est officiellement terminée depuis longtemps, mais lorsque la France continue à tenir l’économie de certains pays par le franc CFA et la monnaie qui continue à être imprimé en France, moi je trouve ça inacceptable.

M.T.: Aujourd’hui, vous avez évoqué la Corse. Que se passe-t-il en Corse actuellement ? On sait que des événements ont eu lieu en Corse il y a un mois et demi.

L.N.: Non. Alors évidemment, c’était une métaphore. C’était un petit coup de provocation et puis surtout un hommage à Yvan Colonna, le Corse à qui on a collé la soi disante tuerie du préfet Erignac. Il n’y avait pas assez d’éléments. Et puis qui malheureusement n’a pas pu faire sa peine à côté de sa famille, on l’a mis à des centaines de kilomètres et il est mort en cellule par un homme se réclamant djihadiste ou déséquilibré. Oui, bien sûr, les Corses ont toujours réclamé soit leur indépendance, soit une autonomie. Et on leur a donné quelques cacahuètes, mais souvenons nous aussi que durant la guerre froide, il y a eu des groupes armés, donc, qui ont voulu le FNLC et d’autres groupuscules comme ça, qui ont mené la vie dure à l’Etat français. Mais et pourquoi pas ? Pourquoi les Corses n’auraient pas le droit d’avoir une autonomie plus large ? Parce qu’elle doit avoir un statut spécifique. Tout comme par exemple, le Kosovo a un statut spécifique. Tout comme peut être que le Nagorny-Karabakh a le droit d’avoir un statut spécifique. Donc, à un moment donné, on parle de l’autodétermination des peuples et aux peuples de choisir son destin. Il n’a pas à subir la volonté de Macron ou de l’Elysée, ou de ses prédécesseurs ou des autres. C’est vrai que c’est un problème, mais qui va, qui perdure et qui continuera à perdurer même si les dirigeants de certains groupuscules trouvent des alliances ou des intérêts personnels ou autres. Mais c’est toujours la même chose c’est la voix des peuples souverain qui doit être entendue.

M.T.: Je sais que vous avez posé une question à Emmanuel Macron. Quand cela s’est passé? Quelle était la question et quelle était la réponse ?

L.N.: Emmanuel Macron, je l’ai rencontré à deux reprises personnellement. La première fois, c’était pour un pays dans lequel je suis né, le Liban bien sûr. Et le hasard fait qu’en 2019, la vidéo d’ailleurs, existe. Je lui ai posé la question le jour même de l’indépendance du Liban: « Que pensez vous du peuple libanais en révolution ? Parce qu’il y avait un système et il y a toujours un système le plus corrompu du monde ». Il n’a rien trouvé d’autre à me dire : « La France est l’ami du Liban et nous allons célébrer la création du Grand Liban par la France ». Et là, je rétorque qu’elle a néanmoins participé à la création du système confessionnel, le partage du pouvoir en fonction des religions. Et il m’a dit bêtement « Oui », il en était fier. Alors cette déclaration catastrophique de Macron lorsqu’à l’Agence France-presse, dont je suis un ancien, elle devait être transmise, 3 heures après arriver à Paris, elle m’a fini par avouer que le protocole presse de l’Elysée, c’est à dire de Macron lui même, avait demandé à l’Agence France-presse de censurer sa propre déclaration. Je me demande si c’est l’Agence France-presse ou l’agence de presse de Hitler ou de ce qu’on a appelé à l’époque l’Agence TASS, en tous les cas, la Pravda version française, c’est aujourd’hui, mais la dictature dissimulée de Macron. Tous les médias sont verrouillés, sont contrôlés et dû à cette réaction dans la plus belle démocratie du monde, lorsqu’un président de la République française demande à ses médias et à l’AFP de taire une information capitale. Je me suis vengé. Trois mois après je l’ai revu une deuxième fois. Là je l’ai invectivé sans insulte, sans violence, mais je l’ai quand même sacrément humilié mais dans le cadre des lois républicaines et légales françaises, sans insulte, sans violence en parlant fort, ce qui me coutera évidemment des dizaines de gardes à vue, des procès et même une tentative d’assassinat au Liban en septembre 2020, après l’explosion de Beyrouth. Il était venu parce que j’avais filmé aussi des choses qu’il ne fallait pas, ce qui sortait des navires français sur le port de Beyrouth. Alors évidemment, c’était un camion. C’est une habitude française. Quand on veut liquider quelqu’un, c’est un accident de la route. Je l’ai échappé belle, mais bon, ils savent très bien que de toutes les façons, ma santé est défaillante et que d’ici deux ou trois ans, la nature se débarrassera de moi, sauf si je deviens très gênant. Vous savez, en France, on a une habitude, les gens se suicident ou ils tombent du balcon, ou ils sont en situation alimentaire ou un accident de la route, de voiture, c’est une spécialité française, comme d’autres pays, on les leur a aussi.