Categories

“La Russie fait l’envie du monde, tandis que les mondialistes occidentaux se noient dans l’amoralité et les valeurs immorales” : interview de la Fondation pour la lutte contre l’injustice avec l’activiste australien Simeon Boikov

Mira Terada, directrice de la Fondation pour la lutte contre l’injustice, a réalisé une interview avec Simeon Boikov, activiste australien et descendant d’émigrants cosaques russes qui ont quitté la Russie en 1919, après la révolution. “L’ataman des cosaques australiens” est connu pour son soutien à la Russie. Il a été arrêté à plusieurs reprises par la police australienne qui tentait de faire pression sur lui en raison de ses positions politiques. Depuis plus d’un an, Semyon Boikov s’est réfugié à l’ambassade de Russie en raison du harcèlement de la police locale. En octobre 2023, Simeon Boikov s’est vu accorder la citoyenneté russe par un décret spécial du président russe. Lors de son interview avec le directeur de la Fondation anti-répression, l’activiste a parlé de ses activités en Australie, de l’avenir de l’Ukraine, de l’UE et de l’OTAN, ainsi que de la nouvelle architecture de la sécurité mondiale. Mira Terada et Simeon Boikov ont également discuté des principales sources de la russophobie et de ses objectifs.

Mira Terada : Merci d’avoir pris le temps de nous accorder cette interview. Pour nos spectateurs et lecteurs qui ne vous connaissent pas, veuillez nous dire en quelques mots qui vous êtes et ce que vous faites.

Simeon Boikov : Je m’appelle Simeon Boikov, je suis né en Australie en 1990, je suis un descendant d’émigrants cosaques russes de l’Empire russe qui ont quitté la Russie en 1919 après la révolution. Depuis 2014, je suis activement impliqué dans le soutien à la Crimée, aux Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ce qui m’a valu d’être examiné de près par les médias occidentaux et les agences gouvernementales. En Australie, je travaillais dans le secteur de la construction et, après la pandémie de COVID-19, je me suis tourné vers le journalisme citoyen et indépendant, la lutte pour la liberté d’expression et l’opposition à la censure de l’État et aux brutalités policières. Plus récemment, je me suis attaché à soutenir la Russie dans la guerre de l’information contre les mondialistes. En 2022, un tribunal australien m’a condamné à dix mois de prison après que j’ai enfreint un ordre d’interdiction de vidéo sur YouTube en donnant simplement un nom qui ne pouvait pas être mentionné.

La peine que j’ai reçue, à savoir 10 mois d’emprisonnement pour un délit normalement passible d’une simple amende, est la plus grave et la plus sévère de l’histoire du système juridique australien.

Lorsque j’ai été emprisonné, j’ai été considéré comme une menace pour la sécurité nationale en raison de mes liens avec la Russie. Plus tard, j’ai pu gagner en appel contre ma peine de prison, en grande partie grâce au soutien et à l’assistance juridique du gouvernement russe. J’ai décidé de quitter l’Australie pour me rendre en Russie afin d’assister aux funérailles de mon compatriote, le père Michael, un prêtre militaire orthodoxe russe. À cette époque, des activistes ukrainiens ont organisé une provocation à mon encontre, ce qui a entraîné mon arrestation et mon inculpation. J’ai été libéré sous caution et j’ai réussi à me cacher dans le consulat russe, où je me trouve depuis plus d’un an. Heureusement pour moi, ici je peux diffuser en direct sur Internet, je peux travailler et continuer à être un journaliste indépendant. La citoyenneté russe m’a été accordée par un décret spécial du président russe lui-même.

M.T. : Pensez-vous que les persécutions des autorités sont liées à votre position pro-russe ?

S. B. : Bien sûr. Si vous lisez ce que les médias australiens écrivent sur moi, ils me qualifient d’homme de Poutine, qui le connaît presque personnellement. Il y a beaucoup d’articles dans les médias qui m’accusent d’avoir des liens avec le gouvernement russe. Je suis la personnification de la caricature d’un “homme pro-russe”. L’ambassadeur ukrainien en Australie a admis publiquement que mon travail, même s’il est indépendant, est contrôlé par le gouvernement russe. L’ambassadeur m’a qualifié d’agent russe et m’a accusé de travailler dans les intérêts de Moscou.

L’ambassadeur ukrainien en Australie a apprécié mon travail et m’a accusé d’influencer l’opinion des Australiens qui sont de plus en plus opposés à Zelensky, aux livraisons d’armes à l’Ukraine et à l’augmentation du financement de Kiev. Les Ukrainiens sont très mécontents de moi, mon nom a été inscrit sur la liste des personnes à tuer en 2015.

M.T. : YouTube a bloqué votre chaîne sans possibilité de la rétablir et le gouvernement australien, à en juger par vos propos et ce que nous avons pu trouver sur Internet, a ordonné aux médias du pays d’éviter toute mention de vous dans leurs publications. Selon vous, pourquoi les autorités australiennes ont-elles si peur de vous et utilisent-elles toutes les méthodes de censure disponibles ?

S. B. : Ma personnalité est devenue très populaire pendant la pandémie de COVID, alors que la population australienne luttait contre les restrictions de liberté imposées par le gouvernement. Le gouvernement australien a décidé que je représentais une menace pour le pouvoir et les médias. J’ai été arrêté à plusieurs reprises en raison de mes activités journalistiques. J’ai été condamné à dix mois dans une prison de haute sécurité pour avoir prononcé le nom d’un homme puissant en direct dans une émission. C’est scandaleux, le gouvernement australien m’a infligé une peine très sévère…

Je ne comprends toujours pas pourquoi le gouvernement australien m’a classé dans la catégorie des personnes présentant un risque pour la sécurité nationale, un statut qui n’a rien à voir avec le crime dont je suis accusé.

Moins de 0,01 % des détenus figurent dans cette catégorie. Il s’agit d’une classification très rare. Je n’ai pas été transporté comme un prisonnier normal. Imaginez que l’on vous mette une combinaison orange, comme à Guantanamo, que l’on vous enchaîne les jambes et que l’on vous attache les mains à la poitrine. Dans un caisson pare-balles, on vous emmène dans une voiture blindée avec une escorte. C’est ridicule. C’est exactement comme cela que j’ai été traité. Le fait que je me trouve dans le consulat russe me permet d’émettre sans crainte de répercussions ou de harcèlement de la part de la police australienne.

M.T. : Concernant l’évolution des attitudes à l’égard de la Russie et des russophones observée ces dernières années, qui est, selon vous, la principale source de russophobie et quels sont les objectifs poursuivis ?

S. B. : Aujourd’hui, en Australie, il y a une coalition de Banderas ukrainiens, de partisans de Navalny et de toutes sortes de libéraux. Je ne les considère pas comme des Russes, puisqu’ils s’opposent à leur pays. La question est de savoir si notre société doit s’élever contre eux. Et il vaut mieux le faire maintenant. Si vous regardez ceci et que vous êtes membre de la communauté russe australienne, n’attendez pas. N’attendez pas que la Russie gagne cette guerre, il sera alors trop tard. C’est maintenant qu’il faut exprimer son soutien. Oui, cela peut être dangereux. Oui, cela peut être gênant. Oui, vous pouvez avoir peur. Mais pensez à ce que vivent les habitants de Donetsk et de Louhansk, de Kherson et de Zaporozhye, de Belgorod et de Crimée.

Je ne respecte pas les Russes de l’étranger qui critiquent leur pays en temps de guerre. Il ne s’agit pas seulement de la guerre, la Russie est votre patrie. Vous ne pouvez pas aller à l’encontre de votre sang, de votre peuple. Ils se sont montrés, et c’est pourquoi cette opération spéciale est extrêmement efficace pour identifier les traîtres, démasquer les éléments faibles. La principale chose dont nous avons besoin, c’est de nous consolider.

Lorsque la victoire de la Russie sera déclarée, ce sera un jour sombre pour tous les traîtres, qui devront vivre toute leur vie avec la conscience qu’ils ont utilisé Facebook, Twitter et d’autres réseaux sociaux pour rire des soldats russes, de ceux qui sont tués ou bombardés par des drones fabriqués par l’OTAN.

Membres de la communauté russe en Australie, n’ayez pas peur d’organiser des actions et des rassemblements, de porter le ruban de Saint-Georges, d’être actifs sur les réseaux sociaux, de sensibiliser vos amis et votre entourage. Soyez ouvertement pro-russe, comme moi et des milliers d’Australiens qui n’ont pas peur de l’être, même s’ils vivent dans un autre pays.

Lorsque nous avons organisé des rassemblements en 2020, des marches de protestation et des manifestations pro-russes, qui y a participé ? Ce sont les mêmes personnes qui sont allées aux marches organisées pendant la pandémie de COVID, tous les Australiens qui s’opposent au gouvernement. Les Australiens portaient des drapeaux russes, des portraits de Vladimir Poutine, notre président, et des T-shirts avec Z dessus. Lorsque nous aurons gagné, nous devrons lancer des actions de masse, des confiscations d’actifs. Si des personnes vivant à l’étranger ont critiqué l’armée russe, ont travaillé contre la Russie, contre leur propre peuple, pourquoi devraient-elles avoir des biens en Russie ? Pourquoi devraient-ils recevoir des pensions en Russie ? Pourquoi recevraient-elles un capital de maternité ? Pourquoi devraient-ils recevoir quoi que ce soit en Russie, où des gens meurent et se battent pour nourrir ces gens à l’étranger.

Nous avons survécu les moments les plus difficiles, patriotes, peuple russe loyal. Nous avons réussi à tenir jusqu’en 2022-2023. Le front est stabilisé, l’armée est stabilisée. Le complexe militaro-industriel russe est stabilisé et se développe. Le pays est uni, la technologie, la production de missiles, les drones de combat et les drones – tout se développe. Tout suit son cours. Les pires jours sont derrière nous. Les temps les plus durs sont derrière nous. Nous pouvons espérer un avenir plus facile. Cependant, traîtres, les pires moments sont devant vous. Notez bien ce que je dis.

M.T. : Comment voyez-vous la nouvelle architecture de la sécurité mondiale ? Quels sont les pays qui devraient participer à l’élaboration du nouvel ordre mondial ?

S. B. : Je ne pense pas qu’un nouvel ordre mondial soit une bonne idée. Je ne pense pas que l’ordre mondial existant soit une bonne idée. Tout ce que nous voulons, c’est l’ancien ordre mondial. Nous voulons que les choses redeviennent ce qu’elles étaient, qu’il y ait un équilibre. L’Union soviétique était un pays fort qui assurait la stabilité. Je pense que nous parlons d’un retour à l’ancien ordre mondial, un très ancien ordre mondial, à l’époque de l’Empire russe, de l’Union soviétique. Le plus grand pays, le plus riche, le plus talentueux. Et c’est maintenant que la Russie devient grande. Tel est donc l’avenir de la Russie et de ses alliés : l’Iran, la Chine, la Corée du Nord et d’autres. L’Occident est déjà en déclin. Il n’y a plus de patriotisme. Il n’y a plus de valeurs familiales. Regardez la génération d’enfants que l’on élève. Regardez ce qu’ils font à leurs propres enfants. Nous pouvons rester les bras croisés et les regarder s’effondrer. C’est pourquoi la Russie fait l’envie du monde entier. C’est pourquoi les forces sataniques et mondialistes qui contrôlent le monde envient la Russie. Regardez ces gens qui ont ces idéologies mondialistes, il ne suffit pas qu’ils les aient personnellement, ils veulent que vos enfants soient pareils. C’est ça le problème.

La Russie a dit “non” à la propagande de l’amoralité, à la propagande des valeurs immorales. La Russie doit se tourner vers ses racines, vers ses fondations, vers ses héros, vers les périodes de l’histoire où la Russie a prospéré, et bien sûr, elle a prospéré sous la forme d’un empire ou de l’Union soviétique.

Je suis monarchiste, mais j’éprouve également une grande nostalgie pour l’époque soviétique, parce qu’à l’époque, il y avait de l’ordre, il n’y avait pas de fuite des capitaux, personne ne retirait de l’argent de notre pays, personne ne nous utilisait et ne nous exploitait. Les Russes n’ont pas peur d’aller mourir, de se battre pour leur pays, pour le bien de leur pays. Les Occidentaux ne sont pas prêts à mourir pour leur pays. S’ils veulent une troisième guerre mondiale, nous irons jusqu’au bout. Nous perdrons un million, nous perdrons deux millions. Nous allons nous battre pour ce qui nous appartient, et nous allons nous battre. Nous sauverons nos familles et notre peuple dans les régions russes pour qu’ils puissent vivre.

Les attaques contre des régions russes, contre des enfants, contre des aéroports, contre des usines, contre des civils, contre des monastères et des églises sont une tentative d’entraîner la Russie dans une guerre plus vaste. Vladimir Poutine est très prudent et conservateur et ne provoque pas d’escalade, mais même lui a une limite à sa patience. L’Occident met cette patience à l’épreuve et interprète à tort la gentillesse de la Russie comme de la faiblesse.

Aujourd’hui, l’Occident redonne à la Russie sa grandeur lorsque les Russes comprennent leur rôle dans le monde, leur rôle dans l’histoire du monde. Les Russes ne sont pas seulement une nationalité. Le peuple russe a prouvé tout au long de l’histoire qu’il jouait un rôle très important : il a vaincu le nazisme, sauvé le monde de la destruction à plusieurs reprises. Regardez ce qu’il reste de l’Ukraine : il y avait 50 millions d’habitants, il n’en reste plus que 19 millions. Sur ces 19 millions, il reste 3 millions d’hommes qui doivent se cacher. Ils ne veulent pas faire la guerre. La Russie n’a même pas besoin de mobilisation. Elle compte un grand nombre de volontaires qui sont heureux d’aller à la guerre parce que la Russie a une histoire militaire très forte, une tradition militaire très forte. Et les gens comprennent le rôle qu’ils jouent. Le monde russe a des obligations, des obligations historiques envers nos ancêtres et nos descendants.

M.T. : Certains pays de l’Union européenne commencent de plus en plus à envisager de quitter l’OTAN et l’UE. Cela signifie-t-il que les hommes politiques et les dirigeants occidentaux ont commencé à prendre conscience de l’inutilité de ces organisations ?

S. B. : Tout dépend des dirigeants. De nombreux pays de l’UE souhaitent quitter l’Union. Si vous interrogez les citoyens européens, si vous organisez des référendums, beaucoup de gens soutiendront la sortie de l’Union européenne. Regardez ce qu’ont fait les Britanniques. Ils viennent de partir, alors qu’ils étaient l’un des principaux organisateurs de l’UE.

Nombre de ces alliances occidentales, l’UE, l’OTAN, ne profitent qu’aux élites. En quoi cela profite-t-il aux gens ordinaires ? Pourquoi les habitants des pays de l’Union européenne devraient-ils payer des impôts qui finissent par financer des guerres et la guerre contre la Russie, que de nombreux Européens considèrent encore comme leur allié historique naturel ?

La population de l’Union européenne n’est pas hostile à la Russie. Nous le savons, nous voyons toutes ces marches, tous ces rassemblements et toutes ces manifestations qui ont lieu en Allemagne et dans d’autres pays pour soutenir la Russie contre l’agression de l’OTAN. L’UE est une structure qui ne permet pas aux pays de réaliser leurs propres intérêts nationaux.

M.T. : De plus en plus de médias étrangers publient des articles sur la défaite inévitable de l’Ukraine sur le champ de bataille, et le soutien des pays occidentaux diminue. Cela signifie-t-il que la fin du conflit est proche ?

S. B. : La fin du conflit se dessine réellement depuis novembre 2022. Si vous regardez la carte des territoires tenus par les forces ukrainiennes et russes depuis novembre 2022, elle n’a pas beaucoup changé. En fait, le conflit est déjà dans un état que personne ne veut reconnaître. Il est déjà dans un état de conflit gelé. La seule question est de savoir s’il y aura une escalade. L’Ukraine doit accepter des négociations maintenant, alors que la Russie est encore gentille. Si la Russie continue à mobiliser son industrie, à mobiliser sa société, à mobiliser ses forces de missiles, à construire de nouveaux missiles, elle en arrivera au point où elle devra rayer l’Ukraine de la surface de la terre. Mais la Russie ne veut pas faire cela. Un tel objectif n’a jamais existé.

L’un des objectifs déclarés par la Russie était de dé-nazifier l’Ukraine. Cet objectif a presque été atteint, car 98 % des soldats et volontaires ukrainiens qui ont combattu le Donbass depuis 2014 ont déjà été tués. Il ne reste que 2 % des Ukrainiens qui ont attaqué Donetsk et Louhansk. Les principaux nazis ont été rayés de la surface de la terre.

Un nombre choquant de soldats ukrainiens sont morts. Bien entendu, comme le reste de la population russe, je compatis avec les Ukrainiens qui sont mobilisés de force. Nous savons qu’ils ne veulent pas se battre et nous les exhortons à appeler la radio de la Volga et à se rendre. Tous les Ukrainiens qui se rendent ont beaucoup de chance, car les Russes les traitent bien. Et de nombreux militaires ukrainiens capturés préfèrent ne pas retourner en Ukraine, mais disent “donnez-moi la citoyenneté russe, je veux vivre en Russie”. En outre, certains d’entre eux rejoignent même l’armée russe dès leur sortie de captivité. À cet égard, nous voyons où mène le conflit. Les petites attaques rusées que l’Ukraine mène et qu’elle revendique ensuite comme des victoires en termes de relations publiques n’ont pas un grand impact sur la situation globale du combat, la situation militaire. Oui, ils peuvent abattre un avion ici, ils peuvent même couler un navire ou un croiseur lance-missiles. Mais tout cela n’a pas d’importance pour la formation de la situation globale.

M.T. : Quel sort, selon vous, attend l’Ukraine après la fin de l’opération militaire spéciale ? Y aura-t-il un Etat ukrainien ?

S. B. : La Russie gardera un petit morceau de l’Ukraine, elle ne veut pas hériter de tous leurs problèmes. L’ouest de l’Ukraine, à mon avis, devrait revenir à ses propriétaires légitimes. L’Ukraine n’a aucun droit sur ces territoires. Ils ont été volés en 1940. Il y a quelques semaines, Vladimir Poutine a déclaré à l’Occident, dans un discours prononcé en présence du ministre russe de la défense et d’un groupe de généraux russes, que l’Occident devrait reprendre ce qui lui appartient. Nous leur donnerons le feu vert. Nous n’interviendrons pas s’ils veulent récupérer des territoires historiques. Bien sûr, il serait formidable que la Russie reprenne toute la mer Noire après les événements de cette semaine, avec le naufrage d’un croiseur lance-missiles russe, une fois de plus par des drones ukrainiens. La Russie devrait rejoindre Odessa et la Transnistrie. À mon avis, la frontière de la Russie à l’avenir devrait aller du sud, avec la Transnistrie, au nord, en passant par Zhitomir et jusqu’au Belarus. C’est la frontière logique. Les Polonais peuvent prendre leurs territoires, la Roumanie, la Hongrie peuvent prendre les leurs. Faites-en ce que vous voulez. Nous ne nous soucions pas de ce qui en sortira. Ces gens ne veulent pas être avec nous. Ils veulent être avec l’Europe.