Categories

«Corruption est banale au ministère français des Affaires étrangères» : entretien de le directrice de la Fondation pour combattre l’injustice avec Françoise Nicolas, qui a dénoncé la corruption en ministère français des Affaires étrangères

Mira Terada, directrice de la Fondation pour combattre l’injustice, a interviewé Françoise Nicolas, une ancienne employée du ministère français des Affaires étrangères qui a été expulsée après la révélation de la corruption à l’ambassade de France au Bénin. La responsable a évoqué la façon dont le gouvernement français a astucieusement mis fin à son travail au Bénin, tentative de meurtre par sa collègue qui n’a jamais mis en examen, ainsi que la véritable ampleur de la crise et la responsabilité mutuelle, bientôt tenues par l’establishment français.

Франсуаза Николя
Françoise Nicolas

Mira Terada: De 2008 à 2010, vous avez été diplomate au Bénin. Veuillez nous parler de vos responsabilités.

Françoise Nicolas: J’étais envoyée affectée à l’ambassade de France au Bénin pour m’occuper d’un des Bourses d’études, mission, invitation (BMI). Bourse d’étude tout le monde comprend. C’était des étudiants béninois qui venaient faire leurs études en France. Le mission, c’étaient des Français qui venait au Bénin former des Béninois. Et les invitations donc le « i » de BMI. Invitation c’était des Béninois qui était invité en France ou dans d’autres pays étranger au frais de l’État français. Et moi, mon travail donc en tant que responsable de ce service était de transformer les instructions que l’on me donnait mes collègues de l’ambassade, des collègues au sens large à savoir de l’ambassadeur jusqu’aux assistant technique, je transformais ses instructions que l’on me donnait en réalité concrète, c’est-à-dire que je recevais les gens, je montais un dossier, je veillais à la bonne exécution de tout le processus du moment où me donnais la fonction jusqu’à ce que le boursier terminé ses études ou soit revenu de France et réciproquement donc un Français rentré en France. Voilà, c’était un travail d’exécutant mes responsables quand même de ce service.

М.Т.: En juin 2009, vous avez été expulsé du Bénin vers la France. Comment était-ce justifié ? Dans quel but cela a-t-il été fait ?

F.N.: Vous faitez référence à un piège dans lequel je suis tombé tendu par l’ambassadeur de France au Bénin. Ce piège se déroulait de la façon suivante. Je traversais une crise de paludisme qui était absolument banal là-bas, j’avais consulté le médecin de l’ambassade, j’avais consulté d’autres médecins. C’était absolument banal et en fait ce qui s’est passé c’est que alors que j’étais en train de chez à mon domicile terrassé par la fièvre j’ai eu l’ordre, j’ai reçu un appel téléphonique de l’ambassade, j’ai reçu l’ordre de retourner voir le médecin de l’ambassade.

Le medcin m’a expliqué que il s’était trompé la veille que ce n’était pas une simple crise de paludisme et que des parasites était en train de détruire mon système lymphatique et sanguin et que si je n’acceptais pas d’être hospitalisé et rapatrier en France, j’allais mourir. J’étais très affaibli par la la crise de paludisme. Mon médecin traitant venais de rentrer en France pour ses congés. Donc je n’ai pas pensé à demander un deuxième avis médical. J’ai fait confiance. On est expliqué que j’allais mourir. J’ai fait confiance et en fait, j’ai été rapatrié. Une fois en France les analyses réalisées des spécialistes ont constaté que je n’avais traversé qu’une simple crise de paludisme. Le piège s’est dévoilé lorsque je me suis rendu à Paris au ministère des affaires étrangères pour expliquer que tout allait bien. Finalement j’allais reprendre mon travail, expliquer que je n’avais eu qu’une simple crise de paludisme et que je n’allais pas mourir. La représentant du ministère m’a expliqué très clairement que l’ambassadeur avait motivé mon rapatriement par une tentative de suicide. J’ai explosé de rire. A partir de là c’est tout un engrenage l’expertise psychiatrique que le ministère m’a fait passer. Je suis resté bloqué pendant 3 mois en France et j’ai dû saisir des avocats et un tribunal pour retrouver mes fonctions à l’ambassade de France du Bénin à Cotonou. Je suis tombé dans un piège voilà. Et le but était clairement de m’écarter de l’ambassade. Il s’était produit différentes choses l’année précédente qui allait dans ce sens qui me visait, qui visait également mon premier chef de bureau, et il y avait une volonté de m’écarter définitivement.

М.Т.: En septembre 2009, vous êtes retourné au Bénin et avez dénoncé détournrmrnt des fondes, c’est à dire des dossiers vides. Veuillez nous dire comment ce système fonctionnait.

F.N.: Oui, ça a été très simple. Donc quand je suis retourné à l’ambassade de France au Bénin en septembre 2009, j’ai découvert une nouvelle hiérarchie. Cette nouvelle hiérarchie a mis en place une nouvelle organisation de mon service, mais de façon totalement officieuse. C’est-à-dire, on me l’a expliqué oralement, on a rien mis par écrit. Cette organisation était la suivant, c’est-à-dire qu’une grande partie de mes dossiers ont été confiés avec de grosses guillemets à une des secrétaires de service. La secrétaire du service, d’une part avais déjà son travail. Elle s’occupait du secrétariat de 5 assistants techniques. D’autre part, c’était une béninoise. Elle faisait des horaires de travail normaux. Comment est-ce qu’elle réussisse à le miracle de faire le travail qui moi me prenais beaucoup de temps et moi en tant que diplomate je travaillais beaucoup, je ne comptais pas mes heures dans la semaine. Je travaillais 6 jours sur 7 parce que il y avait beaucoup de dossiers, c’est un travail de précision. Donc ça me prenait beaucoup de temps. Comment est-ce que avec cette nouvelle organisation la secrétaire des assistants techniques a réussi ce miracle de traiter mes dossiers en plus de son travail, c’est que les dossiers étaient vides. Je m’en suis rendu compte que des dossiers vides sont imputées sur le budget de l’État. Je m’en suis rendu compte très vite grâce à ses bases de données que j’avais mises en interne, j’avais mis en interne des bases de données pour faire mon travail de façon très efficace. En les comparant avec le logiciel d’application sur les crédits de l’État, je me suis très vite rendu compte en sortant du piège tendu par l’ambassadeur qu’il y a les anomalies très vite. J’écris en disant « Tiens, je constate des mystères des dossiers fantômes. Je vous dis c’est sans doute parce que j’étais absente pendant 3 mois ». Des dossiers fantômes, je ne comprends pas et en fait au cours des mois qui ont suivi le nombre de ces dossiers est allé crescendo par dizaines. C’était quand même une inflation de dossiers multiplié par 5. Les détournements portés à peu près, je pense sur une centaine plus de dossiers quand même et sur 4 mois, c’est quand même énorme, je m’en suis alarmée. J’ai posé des questions. J’ai dit mais que se passe-t-il, il y a des problèmes, les dossiers sont vides. Voilà en retour, je n’ai eu que des violences verbales, des violences écrites, des menaces, des menaces de cette nouvelle hiérarchie. Au bout de 4 mois constatant le silence de cette nouvelle hiérarchie, j’ai écrit à l’administration centrale du ministère des Affaires étrangères, j’écris à Paris à mon correspondant gestionnaire pour expliquer la situation.

М.Т.: Après avoir dénoncé les dossiers vides vous en avez informé administation en Paris. Quel était leur réponse? Comment ont-ils réagi à votre lettre ?

F.N.: Je ai attendu quatre mois avant d’écrire à la passion centrale à Paris pour demander conseil, avant j’essayais de voir le problème en interne au niveau de l’ambassade. Ensuite, je me suis tourné vers Paris, vers les autorités de l’administration centrale pour demander conseil et je n’ai pas reçu de réponse. Donc j’ai demandé conseil aux autorités centrales début décembre 2009 et je n’ai pas reçu de réponse et j’ai été agressé à mon bureau un mois plus tard en janvier 2010.

Ils n’ont pas ils n’ont jamais répondu et simplement je pourrais préciser que quelques mois plus tard, ils ont envoyé sur mon poste la personne à qui j’avais écrit à qui j’avais demandé conseil, c’est cette personne-là à qui j’avais demandé conseil à qui quelques mois plus tard est venu au Bénin à Cotonou sur le poste précis que j’exerçais. Il y a quand même 16000 personnes qui travaille au ministère des Affaires étrangères, je trouve que la coïncidence est assez troublant.

М.Т.: En 2017, vous avez accusé Nathalie Loiseau, membre du parti du président Emmanuel Macron, de dissimuler la corruption. Y a-t-il eu une enquête sur ces allégations? Pensez-vous qu’elle n’a pas porté la responsabilité uniquement parce qu’elle était sous la protection de l’administration présidentielle ?

F.N.: Mon histoire est devenu plus connue en 2017 parce que Nathalie Loiseau a intégré le gouvernement en juin 2017. Mais je m’exprime publiquement depuis mars 2015. Donc je mets d’exprimer à la Bourse du Travail de Paris devant qui est un endroit très prestigieux, très connu à Paris, devant une salle comble des caméras de télévision et le texte de mon intervention a été rendu public, mais je parlais de système à l’époque. Je décrivais la mécanique du système. Personne ne connaissait Nathalie Loiseau à l’époque. En fait, mon histoire a refait surface parce que en juin 2017 Nathalie Loiseau est devenu plus connue est devenu connue du grand public en intégrant le gouvernement en tant que secrétaire d’État aux Affaires européennes. Une enquête a-t-elle été menée? – Non. Aucune enquête. cela a été signifiée par syndicats en 2013 auprès du ministère des Affaires étrangères. Je l’ai demandé à plusieurs reprises devant les tribunaux, les tribus ont refusé ma demande ont rejeté ma demande. Si je pense qu’elle n’a pas été punie parce qu’elle est protégé par l’administration président Nathalie Loiseau est extrêmement protégée par Emmanuel Macron, ça c’est évident mais en même temps Nathalie Loiseau n’est que le maillon d’une chaîne, elle est un symbole. Mais en fait moi, je temoins un système de détournement de fonds publics qui est notoirement connu aux affaires étrangeres puisque. En fait sans le savoir, je gérais la caisse noire de l’ambassade. Et on m’a expliqué quand je suis revenu en France que ce type de caisse noire était courant dans toutes les ambassades sauf que moi, j’étais là-bas sans formation, j’avais réclamé le ministère des Affaires étrangères à m’envoyer là-bas sans formation pour gérer ce service est donc moi je suis arrivée avec ma bonne foi et ma volonté de bien faire de travailler. Donc j’ai remis de l’ordre et met en place les bases de données qui comme je vous le disais m’avait permis de en les comparant avec le logiciel d’application sur le crédit de l’état de mettre en évidence des dépensier. Personne ne m’avait alerté qu’il ne fallait pas faire ça, qu’il ne fallait pas mettre de l’ordre parce que c’était la caisse noire de l’ambassade. Nathalie Loiseau est devenue plus connue dans quel état symbole mais elle n’est qu’un maillon de toute une chaîne. Elle est très protégée bien sûr par Emmanuel Macron.

М.Т.: Lorsque vous travailliez au Bénin, votre collègue vous a attaqué et a tenté de vous tuer. Quelle était sa motivation pour le faire ? Comment avez-vous réussi à vous échapper ? Y avait-il une enquête criminelle contre elle?

F.N.: Un mois après avoir écrit l’aministration centrale, j’ai été agressée par surprise par ma collègue de bureau. A l’époque, j’étais aphone. Je ne pouvais pas prononcer un son. Сette femme, ma collègue de bureau, était un emploi fictif de l’ambassade, c’est à dire qu’elle passait la majeure partie de son temps à gérer sa fortune immobilière, qu’elle avait très conséquente. C’était à l’époque une vingtaine d’appartements, de maisons et de domaines agricoles répartis entre le Bénin et Paris. Elle m’a agressé alors que j’étais en train de l’absorber dans mon travail. Je l’ai vu se lever dans mon champ de vision et à un moment donné, il y a l’été à côté de moi. Elle m’a frappé avec un cintre cassé qui était coupant. Et puis, je n’ai pas compris ce qui se passait. On s’est accroché. J’ai senti quelque chose de très pointu au niveau de mes yeux. En fait, elle tentait de me crever les yeux avec ses ongles à l’africaine. Donc, j’ai mordu sans savoir ce que je mordaient. J’ai mordu son doigt et elle m’a à ce moment là maintenu. Enfin, j’étais plaquée contre les étagères derrière mon bureau. Elle m’a maintenue d’un bras, étranglé de l’autre et j’ai voulu appeler au secours. Mais comme j’étais aphone, aucun son n’est sorti de ma bouche. Et donc, je me suis sentie mourir, je me suis vu mourir. Je mourais sous l’effet de la strangulation. Il y a eu un phénomène qui s’est produit au niveau du cerveau, qui a est bien connu, qui a court circuité. Donc bon, je ne pleure pas, mais c’est les gens qui sont familiarisés et connaissent ce phénomène. Mon cerveau a court circuité. J’étais en train de mourir. Et par chance, un agent d’entretien qui travaillait à proximité du bureau a entendu un bruit anormal provenant du bureau, puisque des classeurs sont tombés, des livres sont tombés, etc. Et donc, cet agent d’entretien est entré dans le bureau, a vu ma collègue m’étrangler, s’est précipitée sur elle et a interrompu la strangulation. C’est ce qui fait que j’ai survécu. J’ai survécu, mais enfin, j’ai quand même fait quatre mois d’hôpital. Donc j’ai survécu grâce à un agent d’entretien qui a été licencié peu après par l’ambassade sans être auditionné. Donc, le motif. Je fais le lien avec les détournements de fonds publics signalés un jour, ce serait un peu long à développer ici. Ma collègue avait tout intérêt à manifestement profitait des détournements de fonds publics. Et si elle a si des poursuites ont été engagées contre elle? Absolument pas. Elle n’a jamais été inquiétée. Elle n’a jamais été interrogée. Selon un article de Libération de 2019, elle est toujours dans les effectifs de l’ambassade de France au Bénin. Elle n’a jamais été inquiétée, malgré les plaintes pénales que j’ai pu déposer tant au Bénin qu’en France. Jamais. Et cela fait 12 ans.

М.Т.: Avez-vous été encore harcelée, y avait-il d’autres menaces contre vous ? Si oui, pouvez-vous nous parler des menaces dont vous faites l’objet ?

F.N.: Oui, j’ai été l’objet de harcèlements violents, de menaces bien sûr, et des violences verbales, des violences écrites, et il y a notamment eu un épisode que je qui a fait l’objet. Il y a eu plein d’épisodes, plusieurs épisodes où mes avocats sont intervenus de France à distance. Mais l’épisode le plus marquant est quand même celui où, une même semaine, en octobre 2009, plusieurs personnes m’ont rapporté la même scène, à savoir que s’était tenu à l’ambassade une réunion de service au cours de laquelle on s’était demandé comment on allait éloigner madame Nicolas. Il y a au moins une fois le numéro 2 de l’ambassade, avait expliqué « Mais puisque madame Nicolas aime tant le pays, pourquoi on va l’en dégoûter? Pourquoi pas un viol commandité? » Et l’expression viol commandité m’avait alarmé, répété plusieurs fois par plusieurs personnes au cours d’une même semaine. Cette expression m’avait alarmé parce que l’expression viol commandité n’est pas courante en France et encore moins au Bénin. J’avais écrit à mes avocats pour leur expliquer tout cela en leur donnant le nom de les coordonnées de deux personnes qui m’en avaient parlé parce que à l’époque, il y a douze ans, Internet n’était pas répandu comme maintenant. Donc c’était beaucoup de gens, mais beaucoup de personnes nommées. J’avais conclu au cas où il m’arriverait quelque chose. Je l’écris à mes avocats. J’ai été l’objet de menaces diverses, mais en même temps, vous savez, les menaces de mort ou autres ont des idées ou des menaces, tant le problème, c’est toujours de prouver. Le problème, c’est toujours de prouver les choses. Or, là, je concernant ce viol commandité envisagé à mon égard, j’ai quand même écrit à mes avocats. Peu de temps après, j’ai eu des tentatives d’intrusion à mon domicile qui font que mon compagnon de l’époque est venu en urgence de France et que nous avons installé un système d’alarme à notre domicile. Et cela aussi, ce sont des choses qui sont avérées, prouvées. Ça a été très violent, très violent, mais jamais je me sentais menacée, mais jamais je n’aurais pensé que je serais agressé à mon bureau de l’ambassade.

М.Т.: En 2017, l’ancien diplomate français Hervé Besancenot vous a poursuivi. De quoi a-t-il vous accusé et quel a été le verdict du tribunal ?

F.N.: Hervé Besancenot était l’ambassadeur de France au Bénin de l’époque et il avait pour adjoint pour numéro 2. Donc, son adjoint s’appelait Laurent Souquière, et c’est Laurent Souquière qui avait envisagé mon viol commandité en réunion de service. Et en 2017 j’ai donné une interview de très courte, très factuelle, au cours de laquelle j’évoquais une plainte pénale pour tentative de meurtre dans laquelle je mettais en cause Hervé Besancenot et Laurent Souquière en tant que très probable commanditaire de mon agression sur la base de documents, dont celui, entre autres, celui que j’évoquais à l’instant. Et donc, Hervé Besancenot et Laurent Souquière ont porté plainte contre moi, une plainte en diffamation au motif que j’étais une adepte de la théorie du complot en évoquant cette plainte pénale pour tentative de meurtre qui les vise. Donc pour eux, j’étais une adepte de la théorie du complot. Ce qui s’est passé, c’est que j’ai quand même été convoquée quatre fois devant un tribunal. Le tribunal m’a relaxé parce que m’accuser d’être une adepte de la théorie du complot, sans même faire le tribunal. Le tribunal m’a relaxé, mais a laissé les frais de justice à ma charge.

М.Т.: Après avoir échoué à obtenir justice, vous êtes devenu une lanceuse d’alerte et partagez des informations avec ceux qui se trouvent dans une situation similaire. À quelle fréquence les responsables français commettent-ils des délits financiers ?

F.N.: De mon point de vue, oui, c’est banal. On s’est avéré de malfaçons par des livres, des rapports parlementaires, etc. Et aux Affaires étrangères, c’est clairement valorisé. C’est clairement valorisé. Je pourrais développer, mais c’est clairement valorisé, c’est connu de tout le monde.

Je pense qu’il y a des détournements de fonds publics qui se sont passés.

Enfin, ceux dont je témoigne l’ambassadeur, ne se cachaient pas. Ils ne se cachaient pas, donc, et je ne voulais pas envisager un autre témoignage qui atteste d’enrichissement personnel. Il y a eu enrichissement personnel de l’ambassadeur. Ils ne se cachaient pas. Est ce que de l’argent détourné en grande quantité dans des sommes absolument faramineuses? Est ce que cet argent servait également un financement politique? Je ne sais pas, mais en tout cas, moi, on m’a parlé de caisse noire. Mais clairement, ces pratiques de détournement d’argent public sont banales. Et moi, dans mon administration, elles sont plutôt valorisées. J’ai conscience de dire des choses graves, mais je le maintiens, je l’éprouve.

М.Т.: Dans quelle mesure la corruption interne nuit-elle à l’image de la France et à ses relations avec les anciennes colonies en Afrique ?

F.N.: A bien goûter, ces affaires commencent à être de plus en plus connues et de moins en moins supportées. Et ce genre d’histoires alimente à raison, un sentiment anti-français. Ça alimente un sentiment anti-français.

М.Т.: De temps en temps, des rapports indiquent que des représentants de la France dans des pays comme le Mali, le Bénin, la République centrafricaine sont impliqués dans diverses fraudes financières, ce qui cause de grands dommages aux citoyens de ces pays. Que pensez-vous de ces déclarations ?

F.N.: Alors moi, je suis quelqu’un de très factuel. Je constate, j’entends ces allégations sans fin. Ces détournements, ces fraudes financières, ces détournements de fonds publics sont de notoriété publique. Simplement, il est très rare que quelqu’un témoigne de l’intérieur. Moi, j’étais quand même diplomate. J’ai vu le système de l’intérieur. C’est très rare que quelqu’un ose en parler. De plus en plus certain grâce aux réseaux sociaux, il y a de plus en plus d’affaires qui sortent. Je pensais il y a quelques jours, il y a une interview sur le média de Thomas Dietrich qui parlait, qui est un ancien fonctionnaire, un ancien haut fonctionnaire qui est maintenant journaliste et qui parlait des comportements déviants des ambassadeurs de France en Afrique. Ce sont des choses qui sont connues et de notoriété publique. Voilà donc avant, on ne le savait pas avant, avant l’avènement des réseaux sociaux depuis quelques années on ne savait pas toutes ces histoires. Elles étaient enterrées, elles étaient étouffées. Maintenant, voilà, des gens comme moi peuvent en témoigner.

М.Т.: Vous êtes un spécialiste de l’Afrique. Comment caractériseriez-vous l’interaction entre la France et ses anciennes colonies ? Les actions de la France au Mali, au Bénin et en Centrafrique ont-elles fait plus de mal que de bien ?

F.N.: Alors non, je ne suis pas une grande spécialiste de l’Afrique, loin de là. J’étais une petite diplomate, mais simplement ce que je vois, ce que je constate. Donc, d’un point de vue plus global, c’est la et d’un point de vue historique, c’est ce qui s’est passé, d’une part entre la Grande-Bretagne, l’évolution de la Grande-Bretagne et de ses anciennes colonies сomparé à l’évolution de la France et ses anciennes colonies, il est évident que dans un cas, le lien a été de dépendance a été rompu et a permis à ces anciennes colonies de se développer politiquement, économiquement, alors que dans le cas de la France, le lien avec ces anciennes colonies n’a clairement pas été rompu. Par tout ce qu’implique le vilain mot de Françafrique.

Voilà les magouilles comme j’en témoigne. Il est évident que le lien entre la France et ses anciennes colonies est clair pour moi et clairement toxique et est un frein à leur développement.

La corruption endémique favorisée par la France, qui également favorise des dictatures, des dictateurs parce que ou d’aider parce que la France y a intérêt. Il y a la corruption, mais il y a plein d’autres niveaux aussi. Mais c’est la Françafrique dans toute sa splendeur.

М.Т.: Est-il vrai que la mission principale de la France au Mali, au Bénin et en Centrafrique est de satisfaire les intérêts financiers et économiques de ses élites, et non d’apporter une aide humanitaire à la population locale ?

F.N.: De mon point de vue, de par mon vécu, il est très pessimiste. J’ai vu beaucoup d’aide, de détournements de fonds publics au Bénin. Il y a eu pas mal de deux choses qui se sont passées et il est possible de faire autrement quand, à un moment donné, il y a eu des pour le site, par exemple, on a parlé de l’approvisionnement en eau des villages béninois. À un moment donné, l’argent public a été détourné. L’argent public a été détourné clairement par un ministre béninois et l’ambassade de France au Bénin a dit « non, non, ça suffit. Non, on ne veut pas. On ne veut pas être mêlé à ça. » J’ai vu des détournements de fonds publics. D’une façon plus globale, pour parler ailleurs, enfin, d’un pays autre que le Bénin. J’ai eu des amis maliens qui m’expliquait qui avaient leur famille au Mali, qui m’expliquait leur vécu sur place. Bon, ce n’était pas à l’honneur de la France.

М.Т.: Comment pencez-vous obtenir justice en France ? Serait-il utile dans ce cas d’unir les efforts internationaux pour lutter contre la délinquance financière des élites françaises ?

F.N.: Alors, comment je compte obtenir justice en France?

La justice en France n’est pas indépendante. Je le vis, je le prouve, c’est à dire c’est un problème, c’est un problème de fond qui fait l’objet de missions parlementaires, d’audition.

Je tiens à votre disposition une audition à laquelle j’ai participé il y a deux ans. L’assemblée nationale qui le mettent très clairement en évidence, donc dans le domaine de la fonction publique. La justice n’est absolument pas indépendante. Donc bon, c’est un fait, ça ne m’empêche pas de me battre parce qu’au moins, en me battant, je prouve que la justice française n’est absolument pas indépendante. Un effort est il opportun de faire un effort international pour lutter? Oui, oui, je crois beaucoup. Je crois beaucoup au poids de l’opinion publique. Je crois beaucoup à l’information des citoyens. Je crois beaucoup à ce que les gens s’intéressent, s’informent et et s’indignent et au poids de la de l’opinion publique pour faire cesser ces pratiques.

М.Т.: Quel type de soutien autre que la mise en avant de vos activités serait le plus efficace ?

F.N.: Alors moi, j’ai besoin que de faire connaître mon histoire. J’ai besoin que les faits, les simples faits soient reconnus et et donc qu’ils soient portés. Enfin, au delà de mots de ma situation personnelle individuelle, je crois que je témoigne d’un système à grande échelle qui dépasse largement ma personne.

Des institutions françaises corrompues et de l’entre soi qu’il y a ce que les gens se connaissent.

On n’est pas rentré dans le détail des institutions françaises, mais moi, j’ai mis en évidence que les gens se connaissent, ont des relations familiales, d’intérêts, d’amitié, de d’affaires entre différentes personnes. Par exemple, on ne peut parler du défenseur des droits, qui est supposé protéger les gens comme moi, mais qui était ami de l’ambassadeur que je mets en cause. С’est tout un système et je ne demande pas à être cru sur parole. Je prouve ce que je dis, je prouve. Et cela fait 12 ans que j’en parle. Le premier livre qui parlait de mon histoire, première articles de presse, premiers livres, il y a 11 ans. J’explique la mécanique à l’œuvre depuis sept ans, depuis 2015, le texte est public depuis sept ans. Si je disais faux, il y a longtemps qu’on m’aurait condamné. Moi, je mets enfin, je prouve ce que je dis. Et l’intérêt, c’est que je viens de l’intérieur du système.