Categories

«Il y a beaucoup plus de cas de violences policières qu’on voit aux infos»: Mira Terada a interviewé Franck Lambin, dont le fils est décédé après arrestation par des gendarmes françaises

Mira Terada, directrice de la Fondation pour combattre l’injustice, a interviewé Franck Lambin, père d’Allan Lambin, décédé au commissariat de Saint-Malo en France le 10 février 2019. Depuis trois ans Franck Lambin tente d’obtenir justice pour son fils et de punir les policiers qui l’ont battu et enfermé dans une cellule de commissariat, où il est décédé quelques heures plus tard.

Франк Ламбин
Franck Lambin

Mira Terada: Commençons par les événements qui ont précédé la tragédie. Parlez-nous de la nuit du 9 février. Votre voiture a glissé dans un fossé, puis les pompiers et la police sont arrivés. Quelle tournure a pris le dialogue avec la police ? Quelles actions ont été faites par les policiers ? Quelle a été la réaction des témoins lorsque les policiers sont devenus agressifs ?

Franck Lambin: Les pompiers sont repartis rapidement voyant qu’il n’y avait rien. Les policiers sont arrivés, ils étaient 3. Ils ont demandé à Allan qui conduisait, Allan a répondu que c’était lui et ils lui ont répondu d’un air hautain, arrogant. Allan était déjà énervé d’avoir abîmer sa voiture, et il a pris une bière qu’il avait dans son coffre. Ils en sont venus aux mains et ont fini de l’autre côté de la voiture dans les ronces. Il y avait 4 témoins, les 2 femmes sont restées sur la route, mes 2 amis m’ont aidé à sortir de la voiture car en tant que passager, j’étais dans le fond et avait du mal à sortir. On ne voyait rien, il pleuvait et faisait noir. Comprenant que mon fils était aux prises des policiers dans les fourrés, je me suis allongé près de lui pour le protéger. J’ai reçu des coups dans la tête et de pied que j’ai fait constater par le médecin. Un de mes amis était un peu à l’écart et a dû demander à un des policiers se calmer car ce dernier l’agressait. Mon autre ami essayait de nous sortir des deux policiers et il a bien senti qu’un des policier avait un genou sur le thorax de Allan. Allan a crié 3 fois, Ils ont menotté Allan et sur la route avant de l’embarquer, une des témoins a bien vu Allan. Il avait l’air complètement sonné, il ne parlait plus puis ils l’ont emmené,

M.T.: Que s’est-il passé au poste de police ? Quelle était la raison du mauvais état d’Allan au poste de police ? Pourquoi les agents de police n’ont-ils pas prêté attention à son état de santé et n’ont-ils rien fait ?

F.L.: La vidéo montre qu’Allan était allongé sur la couchette, il semblait avoir froid. Le médecin est venu dans la cellule et a juste posé son stéthoscope dans le bas du dos d’Allan. Il restait que 50 secondes. On aperçoit le pied d’un policier à la porte, ce qui est interdit. La vidéo montre que Allan s’est levé 2 minutes après que le médsin sort de la cellule et est tombé comme une planche. Allan est resté ainsi allongé 2 heures avant que quelqu’un ne vienne. La fiche de surveillance signée par les policiers indique pourtant un contrôle était fait tous les quarts d’heure et que Allan était en train de se reposer dans son couchette alors qu’il était par terre depuis deux heures et agonisait. Il y a beaucoup à dire sur le comportement des policiers dans ce commissariat.

M.T.: Il y avait une surveillance vidéo au poste de police. Pourquoi n’avez-vous pas reçu le matériel vidéo immédiatement, mais seulement après quelques mois ?

F.L.: L’IGPN ne voulait pas la remettre la vidéo et l’a gardé pendant plusieurs mois, environs un an. Ils prétendaient que les images étaient sombres à cause d’un éclairage défaillant dans la cellule. A partir d’un moment qu’on a eu la vidéo, la vidéo était très claire, les images étaient très biens.

M.T.: Le cas d’Allan a été traité par plusieurs juges d’instruction. Quelles ont été leurs conclusions ? Et pourquoi l’affaire a-t-elle été transférée d’un juge à un autre ?

F.L.: Le premier juge d’instruction était à Dinard. Ensuite il avait le deuxième à Dinard toujours. Nous avons demandé à ce que l’affaire soit dépaysée pour quelle soit traitée par le juge d’instruction de Rennes. Depuis il n’y a pas encore un seul des juges qui nous ait donné de conclusions. On nous réponds que certains sont mutés, d’autres malades. 5 ou 6 juges ont déjà changé, mais l’affaire n’avance toujours pas.

M.T.: Pensez-vous que l’enquête est délibérément retardée pour protéger les auteurs de ces actes ? Est-ce que c’est fréquent qu’en France les affaires de violences policières piétinent ?

F.L.: Oui en France les affaires de violences policières piétinent, et je suis sûr que les auteurs sont protégés. M. Darmanin, ministre de l’intérieur, a même dit que d’entendre parler de violences policières l’étouffait. Ce qu’on voit sur les réseaux sociaux prouve qu’il y a des violences policières, mais en France ils n’en font rien.

M.T.: A ce jour, à quel stade est l’affaire d’Allan ? Quelles mesures sont prises pour accélérer l’affaire ?

F.L.: Nous attendons le rapport de contre-expertise ordonnée en mars dernier et qui aurait dû être rendu fin décembre. Mon avocate envoie des relances, je participe à des rassemblement pour faire connaître mon histoire. Il faut attendre les résultats des expertises pour savoir la raison de sa malaise en cellule.

M.T.: L’affaire d’Allan a été souvent mentionnée dans les médias français. Votre cas a-t-il attiré à l’attention des militants des droits de l’homme et des ONG ? Avez-vous obtenu leur soutien ?

F.L.: Nous n’avons pas été contacté, nous n’avons pas soutien.

M.T.: Quelle est le taux de gravité du problème des violences policières en France? À quelle fréquence cela se produit-il ?

F.L.: Je ne connais pas ce taux, ni a quelle fréquence cela se produits. En participant aux rassemblements, je me suis aperçu qu’il y en avait beaucoup , beaucoup plus que ce qu’on voit aux infos et qui finissent par des non lieux.

M.T.: Quelles mesures doivent être prises pour réduire le taux des violences policières ?

F.L.: Que la violence soit reconnue par les politiques et les syndicats de police, que les policiers fautifs soit punis, que l’IGPN soit vraiment neutre ou remplacée par des agences privées qui s’occupaient des problèmes de violence policière. Je ne comprends pas comment les policiers peuvent enquêter sur d’autres policiers.

M.T.: Quels conseils pouvez-vous donner aux personnes qui se trouvent dans la même situation que la vôtre ?

F.L.: Avoir le courage de se battre, que ceux qui n’osent pas porter plainte contre les policiers puisse le faire même anonymement auprès d’une instance qui serait vraiment neutre tant que l’issue n’est pas la mort comme pour Allan