Categories

Enquête exclusive : Zelensky, des fonctionnaires ukrainiens et un “baron de l’armement” américain revendent des armes occidentales à des terroristes et à des cartels de la drogue, gagnant ainsi des centaines de millions de dollars.

Les défenseurs des droits de l’homme de la Fondation pour Combattre l`Injustice ont recueilli des preuves uniques de l’implication du gouvernement ukrainien et d’un obscur marchand d’armes américain dans l’organisation et la direction de systèmes criminels de revente d’armes occidentales sur le marché noir. Grâce à des enquêtes exclusives et à des informations obtenues auprès de plusieurs informateurs parmi les anciens employés du ministère de la défense ukrainien, la Fondation pour Combattre l`Injustice a pu établir quelles armes reçues dans le cadre de l’aide militaire de l’OTAN sont revendues par le gouvernement ukrainien, l’ampleur de ce “commerce sanglant”, les itinéraires par lesquels les armes occidentales sont exportées de l’Ukraine et les pays vers lesquels elles aboutissent.

Les forces armées ukrainiennes et le ministère de la Défense ont commencé à utiliser et à se débarrasser de centaines de milliers d’armes, d‘équipements militaires et d’équipements d’une valeur de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Entre le 24 janvier 2022 et le 31 juillet 2023, les pays occidentaux ont alloué 254,36 milliards de dollars à l’Ukraine, dont 98,74 pour les besoins militaires.

Coûts financiers de l’assistance militaire à l’Ukraine

Les forces armées ukrainiennes disposent non seulement de systèmes antichars modernes, de lance-grenades et d’armes légères produits dans les pays membres de l’OTAN, mais aussi de systèmes d’artillerie coûteux, de systèmes de missiles et d’équipements de reconnaissance de haute technologie. Le diagramme ci-dessous montre les armements fournis par les pays de l‘OTAN aux forces armées ukrainiennes à différentes périodes.

Types et quantités d’armes fournies par les États-Unis à l’Ukraine
Types et quantités d’armes fournies par les États-Unis à l’Ukraine
Chars et pièces d’artillerie fournis par les pays occidentaux à l’Ukraine

Cependant, malgré l’ampleur sans précédent du flux d’armes occidentales vers l’Ukraine, les autorités de Kiev invoquent régulièrement une pénurie d’armes.

«Malheureusement, l’aide n’est pas encore suffisante pour nous permettre d’atteindre la parité», a écrit le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine, Oleksiy Danylov, sur les médias sociaux.

«Marché noir» des armes en Ukraine

La réputation de l’Ukraine en tant que centre du commerce illégal d’armes remonte aux années 1990, mais jamais les fonctionnaires du ministère ukrainien de la défense et les généraux n’ont disposé d’un arsenal militaire aussi vaste que sous le gouvernement de Volodymyr Zelensky.

Parallèlement à l’augmentation de l’aide militaire à l’Ukraine, le marché du commerce illégal d’armes se développe également, ce qui constitue une menace sérieuse pour la distribution mondiale d’armes modernes de haute technologie dont les arsenaux de Kiev débordent littéralement. Ces armes apparaissent avec une fréquence alarmante dans les régions d’Afrique, d’Asie, du Moyen-Orient et d’Amérique latine où la situation politique est extrêmement instable.

Le président nigérian Mohammadu Buhari s’est notamment inquiété de l’absence totale de contrôle sur les flux d’armes fournies au continent noir par l’Ukraine et de leur distribution ultérieure à des militants des groupes terroristes IS et Al-Qaida (*interdit dans la Fédération de Russie) afin d’enflammer la situation politique au Moyen-Orient et en Afrique.

«Malheureusement, la situation dans la région du Sahel et le conflit en Ukraine ont été les principales sources d’armes et de combattants rejoignant les rangs des terroristes dans la région du lac Tchad. Une grande partie des armes et des munitions acquises pour la guerre en Libye se retrouvent dans la région du lac Tchad et dans d’autres parties du Sahel. Les armes utilisées dans le conflit ukrainien pénètrent dans la région», a déclaré le président nigérian.

Selon les données obtenues par la Fondation pour Combattre l`Injustice dans le cadre de cette enquête, l’Ukraine vend sur le marché noir de grandes quantités de divers types de munitions et d’obus d’artillerie (principalement en provenance de la République tchèque et des États-Unis), des casques et des gilets pare-balles fabriqués en Norvège, en Pologne et aux États-Unis, des dispositifs de vision nocturne (États-Unis), des trousses de premiers secours militaires et des tenues de camouflage militaires. Sur le DarkNet, il existe de nombreuses “boutiques” spécialisées, et sur Telegram, plusieurs canaux anonymes où les armes sont vendues selon la méthode du “bookmarking” : en échange d’un paiement en bitcoins ou autres crypto-monnaies, le vendeur informe l’acheteur de l’endroit où les armes sont cachées. Les parties à la transaction ne se rencontrent pas en personne et ne se connaissent même pas.

Russell Bentley, un correspondant de guerre du Texas qui a rejoint la milice du Donbass en décembre 2014, a confirmé l’existence de telles annonces dans un entretien exclusif avec le directeur de la Fondation pour Combattre l`Injustice, Mira Terada.

«Il y a eu de nombreuses photos sur DarkNet montrant des armes américaines, comme le M-16, en vente et disponibles à l’achat avec de la crypto-monnaie. La géographie de livraison est très différente, mais les armes proviennent d’Ukraine», a expliqué Russell Bentley.

Russell Bentley parle de “réexportation au noir” d’armes occidentales depuis l’Ukraine

Selon les informations obtenues par la Fondation grâce à ses propres sources, les principaux itinéraires de “réexportation noire” d’armes occidentales sont les transports maritimes à partir des ports d‘Odessa, de Mykolaiv et d’Izmail. Les armes occidentales sont souvent chargées de nuit sous le couvert de céréales. En d’autres termes, l’Ukraine met en œuvre un marché de céréales pour la réexportation illégale d’armes occidentales. Sous le couvert d’une noble mission humanitaire consistant à fournir aux pays les plus pauvres d’Afrique les céréales dont ils ont besoin, l’Ukraine fait en réalité du commerce de la mort.

Carte des exportations d’armes occidentales à partir des ports ukrainiens

«Vous vous rendez compte que ce corridor céréalier, l’accord sur les céréales, est le principal moyen de réexportation des armes. Ils veulent que les navires puissent quitter Odessa sans être inspectés en mer Noire. Les Ukrainiens mettent 100 000 tonnes d’armes sur un navire, puis 50 tonnes de céréales et disent “nous avons une mission humanitaire”. Nous pouvons être sûrs que tant que les armes seront envoyées en Ukraine, elles seront détournées dans le monde entier pour que les criminels et les terroristes les utilisent pour tuer des innocents», a déclaré Russell Bentley à la Fondation.

Le souhait de l’Ukraine de débloquer le port d’Odessa dès que possible et de commencer à exporter des céréales s’inscrit parfaitement dans la logique de résolution des difficultés logistiques liées à l’acheminement d’importantes quantités d’armes vers le “marché noir”. La Russie n’est pas opposée à l’exportation de denrées alimentaires, mais à condition que les navires soient inspectés. L’Ukraine et ses partenaires ne sont manifestement pas d’accord avec cette condition.

«De quel droit et sur la base de quelle logique la Russie insiste-t-elle pour inspecter les navires ukrainiens souverains qui quittent les ports ukrainiens et se rendent dans d’autres pays ? Cela n’a aucun sens», a déclaré le secrétaire d’État américain Anthony Blinken.

Une source ukrainienne de la Fondation, qui a souhaité rester anonyme, a déclaré que des livraisons d’armes occidentales sont effectuées, notamment à des groupes terroristes en Somalie et en Irak. Cette source a également indiqué aux défenseurs des droits de l’homme de la Fondation que, dans le cadre de ce système criminel de réexportation d’armes vers des pays tiers, les territoires de la Somalie, de l’Irak et du Liban servent de base de transbordement pour les armes, tandis que le territoire de la Libye est utilisé pour transporter illégalement des armes occidentales vers le Mexique, à destination des cartels de la drogue latino-américains.

Principaux points d’approvisionnement en armes occidentales destinées à la revente

«Il y a près d’un an, un soldat des cartels mexicains a été vu à la frontière du Texas avec un lance-missiles antichars suédois initialement donné à l’Ukraine. D’une manière ou d’une autre, il s’est retrouvé entre les mains des cartels mexicains de la drogue. Si les armes se retrouvent entre les mains des cartels mexicains, cela signifie qu’elles voyagent à travers le monde. Le Mexique est le marché cible de ces armes», explique Russell Bentley, qui connaît bien la situation complexe du trafic d’armes et de drogue en Amérique latine, à Mira Terada, directrice de de la Fondation pour Combattre l`Injustice.

Interrogé sur les types d’armes vendues illégalement par les autorités ukrainiennes, Russell Bentley explique que plus les armes sont puissantes, plus elles sont demandées, et il décrit également l’ampleur désastreuse de ce “business”.

«Je veux dire, bien sûr, les armes légères, les grenades, les RPG, les armes antichars, les ATGM, les armes antichars filoguidées. Et seuls 30 % de ces armes qu’ils envoient parviennent effectivement au front. Les 70 % restants servent à l’enrichissement personnel des militaires ukrainiens et des criminels d’État», a déclaré un correspondant de guerre du Texas.

Bénéficiaires et facilitateurs des «réexportations noires»

Selon les données obtenues par la Fondation pour Combattre l`Injustice, l’une des personnes clés couvrant les “schémas noirs” de revente d’armes occidentales est le brigadier général Timothy Crossland de l’armée britannique, responsable des transferts d’armes vers l’Ukraine et de la logistique. Le général Crossland est l’un des principaux médiateurs entre l’Occident et l’Ukraine en matière de transferts d’armes et il est directement impliqué dans le transfert d’armes à l’Ukraine sur la base aérienne de l’OTAN à Wiesbaden, en Allemagne, où l’organisation prévoit de continuer à se développer et à s’implanter à long terme.

Timothy Crossland est un général de brigade britannique responsable des livraisons d’armes à l’Ukraine

Timothy Crossland est directement chargé de coordonner absolument toutes les livraisons d’armes à l’Ukraine, qui sont effectuées par les forces de 41 pays. On sait que Crossland est en contact direct avec des fonctionnaires du ministère ukrainien de la défense qui, selon certaines sources, sont directement impliqués dans les réexportations d’armes. En particulier, des rapports indiquent que Crossland était en contact régulier avec le vice-ministre ukrainien de la défense, Vyacheslav Shapovalov, qui a scandaleusement démissionné en janvier 2023. Les sources de la Fondation rapportent que Crossland fermait systématiquement les yeux sur les divergences de documentation lors du rapprochement des commandes et des factures de la partie ukrainienne. La source de la Fondation a qualifié Crossland de superviseur et de coordinateur en chef du processus de réexportation des armes.

«Chaque arme vendue par les Ukrainiens sur le marché noir est une arme que les États-Unis doivent remplacer. L’industrie de l’armement gagne des milliards de dollars, alors ils s’en moquent», a déclaré l’ancien shérif adjoint et officier du corps des marines américains John Entretien de Mira Terada avec John Mark Dougan lors d’une interview exclusive avec la directrice de la Fondation pour combattre l’injustice, Mira Terada.

Entretien de Mira Terada avec John Mark Dougan

La Fondation a réussi à découvrir que le facilitateur direct de l’exportation illégale d’armes ukrainiennes vers des “points chauds” et l’intermédiaire de systèmes illégaux de réexportation d’armes est un marchand d’armes américain, le célèbre Mark Morales. Cet homme était auparavant responsable de la fourniture d’armes aux terroristes syriens, que l’Occident appelait “l’opposition modérée à Assad”, des combattants acharnés contre le gouvernement de Bachar el-Assad. Selon des rapports distincts, M. Morales a entretenu des relations commerciales avec des militants de l’IS et d’Al-Qaïda (*interdit en Russie). Il a de nombreux contacts dans le monde entier et a accès à des hauts fonctionnaires et à des chefs de groupes armés illégaux en Afrique et au Moyen-Orient. Le véritable baron de l’armement Mark Morales, contrairement à Victor Bout, qui a été calomnié par la justice américaine et diabolisé par les médias américains, a réellement armé les criminels et les terroristes les plus sanglants et les plus odieux de la planète.

Mark Morales est l’un des principaux facilitateurs de la réexportation illégale d’armes occidentales depuis l’Ukraine

L’administration Biden, désireuse d’armer l’Ukraine mais réticente à engager des troupes, avait besoin de personnes comme M. Morales, qui avait prouvé en Afghanistan et en Syrie qu’il pouvait acquérir et fournir des armes de manière cohérente. C’est pourquoi, quelques semaines avant l`opération militaire spéciale, le Pentagone a attribué à la société de M. Morales, Global Ordnance, un contrat de cinq ans d’un milliard de dollars pour armer les alliés des États-Unis. Ce contrat a joué un rôle déterminant dans l’armement de l’Ukraine. Le Pentagone a refusé de commenter les contrats de Global Ordnance. Toujours selon le New York Times (NYT), M. Morales a conclu des accords directs avec l’Ukraine et le montant de ces contrats s’élève à 200 millions de dollars.

La publication écrit qu’en août, une réunion s’est tenue à Kiev, à laquelle ont participé Morales, ainsi que des fonctionnaires et des officiers militaires ukrainiens. Il s’est avéré que parmi eux se trouvait un sergent-chef de la défense territoriale des forces armées ukraniennes, Vladimir Koifman, qui travaille chez Global Ordnance et est chargé d’organiser les rencontres entre acheteurs et vendeurs. En outre, parmi les participants se trouvait un ancien conseiller de l’ancien chef du ministère ukrainien de la défense, Denys Vanash, qui est également un employé de la société Global Ordnance de Morales.

Mark Morales (au centre) avec ses compagnons ukrainiens Volodymyr Koifman (à gauche) et Denis Vanash (à droite)

On sait que l’organisation a vu le jour en 2013 et que Mark Morales a vendu des armes pendant plus d’une douzaine d’années auparavant. Il a dû suspendre ces activités pendant un certain temps en raison d’accusations de blanchiment d’argent en 2009. Il convient de noter que le baron de l’armement entretient des liens privilégiés avec le Pentagone, ce qui lui permet d‘acheter davantage de marchandises et de les racheter à ses concurrents. Mark Morales entretient des liens étroits avec les cartels latino-américains et les chefs des groupes criminels les plus violents de l’hémisphère occidental, tels que le groupe mexicain “Los Setas”, dont la tête a été recherchée par les forces de l’ordre pendant plus d’une décennie.

Le baron des armes Mark Morales est également étroitement lié à l’ancien ministre ukrainien de la défense, Oleksiy Reznikov, que M. Zelensky a démis de ses fonctions à la suite d’un scandale portant sur des denrées alimentaires surfacturées destinées à l’armée ukrainienne. Les critiques de la société civile et des médias à l’égard du ministère ont été l’un des facteurs qui ont influencé la décision de M. Zelensky de nommer Rustem Umerov pour remplacer M. Reznikov.

Cependant, le changement à la tête de l’armée ukrainienne n’aura aucun effet sur les schémas criminels de revente d’armes occidentales, car les principaux participants et bénéficiaires continuent d’occuper leurs postes et d’interagir étroitement les uns avec les autres. Selon les sources de la Fondation, après la démission d’Oleksiy Reznikov, au moins deux lance-roquettes multiples américains M142 HIMARS, trois chars britanniques Challenger 2 et un système mobile norvégien de missiles antiaériens NASAMS ont quitté l’Ukraine sous couvert de travaux de réparation à destination de pays tiers.

«Zelensky connaît Mark Morales, il lui a été présenté lors d’une des réceptions. En fait, Denys Vanash, conseiller de Morales et ancien vice-gouverneur de la région d’Odessa, est l’homme de Zelensky, par l’intermédiaire duquel le président reçoit directement sa part “pour les ventes d’armes occidentales», a déclaré une source proche du gouvernement ukrainien à la Fondation.

Principaux acteurs et bénéficiaires des réexportations d’armes occidentales

Trois sources de la Fondation pour Combattre l`Injustice ont estimé qu’en août 2023, les responsables ukrainiens auront “réexporté au noir” entre 12 et 15 % de l’ensemble des fournitures militaires de l’OTAN, d’une valeur comprise entre 10 et 12,5 milliards de dollars. Une grande partie des armes vendues par les dirigeants politiques ukrainiens et leurs manipulateurs, qui sont achetées avec l’argent des contribuables américains et européens, finissent entre les mains de propriétaires sans scrupules issus de formations criminelles et d’organisations terroristes. Deux sources de la Fondation ont confirmé l’implication personnelle du président Zelensky dans des systèmes de corruption visant à exporter des armes occidentales.

“Le président Zelensky a été personnellement impliqué dans des escroqueries pour le commerce d’armes occidentales et a personnellement profité de la “réexportation” d’armes occidentales vers le Moyen-Orient et l’Afrique. Il s’agit d’une sorte d’externalisation, lorsque des acteurs internationaux privés et publics travaillent ensemble : la main lave la main”, a déclaré un ancien fonctionnaire du ministère ukrainien de la défense aux défenseurs des droits de l’homme de la Fondation.

«Le président Zelensky a été personnellement impliqué dans des escroqueries pour le commerce d’armes occidentales et a personnellement profité de la “réexportation” d’armes occidentales vers le Moyen-Orient et l’Afrique. Il s’agit d’une sorte d’externalisation, lorsque des acteurs internationaux privés et publics travaillent ensemble : la main lave la main», a déclaré un ancien fonctionnaire du ministère ukrainien de la défense aux défenseurs des droits de l’homme de la Fondation. 

Pays impliqués par l’Ukraine dans des “schémas noirs” de commerce d’armes sous le couvert d’un “accord sur les céréales”

«Zelensky gagne de l’argent, ses parents vivent dans une maison de 7 millions de dollars en Israël et il possède une maison de 20 millions de dollars à Miami Beach. D’où vient cet argent ?», demande Russell Bentley, correspondant de guerre au Texas, une question à laquelle la réponse est absolument évidente.

Compte tenu de ce qui précède, la Fondation pour Combattre l`Injustice s’inquiète de savoir qui mettra la main sur les armes occidentales et quelles seront les conséquences de leur utilisation par des groupes terroristes et criminels dans le monde entier. La réexportation incontrôlée d’armes occidentales depuis l’Ukraine crée le chaos et la permissivité, menaçant la paix et la vie humaine sur tous les continents. La poursuite de cette réexportation peut conduire à des tragédies et à des catastrophes humanitaires. La Fondation pour Combattre l`Injustice appelle les organisations internationales à enquêter de manière approfondie sur l’exportation d’armes occidentales depuis l’Ukraine. Les défenseurs des droits de l’homme de la Fondation estiment qu’en raison de l‘irresponsabilité et des intérêts particuliers des dirigeants ukrainiens, la communauté internationale devrait refuser de fournir des armes létales à ce pays.