Categories

«L’occident n’est plus une civilisation de la raison»: la directrice de la Fondation pour combattre l’Injustice Mira Terada a interviewé Thierry Meyssan, militant et journaliste français

Тьерри Мейсан
Thierry Meyssan

Thierry Meyssan, journaliste français, s’est entretenu avec Mira Terada sur les atteintes à la liberté d’expression, les persécutions politiques en Occident et le néocolonialisme franco-américain en Afrique.

Thierry Meyssan est un journaliste et activiste français, l’auteur de l’un des premiers livres exposants que les attentats du 11 septembre 2001 ont été planifiés et exécutés par les services spéciaux américains. Ce livre a acquis une renommée internationale, a été traduit dans de nombreuses langues. Le livre a exposé la version officielle des événements et a souligné que l’attaque avait été planifiée et menée par les services spéciaux américains. Meyssan estime que c’est après la publication de ce livre qu’une campagne d’information contre lui a été lancée et que les persécutions politiques ont été lancés par les gouvernements de France et des États-Unis.

Mira Terada : Bonjour Thierry. Je tiens à vous remercier pour votre brave article, rédigé pour la Fondation pour combattre l’injustice : “L’Occident: un simulacre de liberté”. L’article révèle les détails choquants de la véritable chasse à l’homme, lancée contre vous par les services de renseignement américains et français. Est-ce que vraiment ces persécutions ont été organisées à cause de votre livre bien connu sur les événements du 11 septembre, L’Effroyable Imposture, publié en 2002 ? Ou y avait-il une autre raison pour que vous soyez traité de cette façon ?

Thierry Meyssan : Oui bien-sûr, vous savez il y a eu d’un côté ce livre qui expliquait le projet des États-Unis. Pour moi le 11 septembre est un évènement déclencheur, une nouvelle étape dans l’histoire des États-Unis. J’ai expliqué notamment qu’ils allaient procéder à un système de surveillance de masse de la population et d’autre part, ils allaient se lancer dans une conquête en quelques sorte, du moyen orient. Mais mon travail ne s’est pas arrêté avec ce livre. J’ai continué, par la suite, à essayer de suivre ce qui s’est passé. J’ai écrit un deuxième livre sur la guerre qui a eu au Liban avec Israël ou j’ai montré que c’est quelque chose de nouveau qu’il y a eu lieu. Il ne fallait pas interpréter les choses avec les idées du passé. Il fallait comprendre ce qu’ils voulaient faire. Il y a 3 ans, j’ai publié un livre, également en russe, qui explique quel est le projet général des États-Unis pour le monde, et qui donne un très grand nombre de détails sur ce qu’ils ont fait. Donc les États-Unis ont réagi en pensant que je n’étais pas l’ennemie qu’ils avaient eue il y a 20 ans mais que je suis toujours leur ennemie. Ce qui n’est pas le cas, j’essaye d’expliquer ce qui se passe. Je souhaite aider les États-Unis à changer. Je ne cherche pas à les combattre, je cherche à leur ouvrir les yeux.

M.T. : Vous avez été extrêmement dur et intransigeant dans la dénonciation de l’arbitraire politique des pays occidentaux à l’encontre de quiconque qui exprime une position qui contredit la propagande officielle. Dans quelle mesure, pensez-vous que l’attitude du monde occidental à l’égard des dissidents a sérieusement changé au cours des 20 dernières années ?

T.M. : Oui, il y a eu un énorme changement.

L’occident n’est plus une civilisation de la raison. L’occident cherche aujourd’hui à survivre au décrimant les autres. Ce n’est plus une civilisation qui s’assume et qui essaye raisonnablement de trouver de nouveaux moyens pour se développer. Au contraire, c’est une civilisation qui, maintenant cherche à faire du mal aux autres pour se nourrir elle-même.

Oui ça a beaucoup change.

M.T. : Quelles sont les véritables limites de la liberté d’expression en France, l’Europe et les États-Unis contemporains ? Citez les 10 principaux sujets de discussion tabous dans les médias occidentaux et les médias sociaux.

T.M. : Il y a énormément de sujets qu’on le n’a pas le droit d’aborder, mais toujours ce sont des sujets très politiques et gens peuvent continuer à vivre sans avoir à discuter de cela bien sûr. Mais c’est leur avenir, dont ils ne peuvent pas parler. Par exemple on a commencé à donner une explication fausse du passé, on ment sur notre passé. Par exemple, tout ce qui touche la deuxième guerre mondiale c’est une succession de fantasme. Par exemple, on explique que le nazisme c’était un nationalisme, mais le nazisme ce n’était pas le nationalisme puisque cela était fondé sur la race pas sur le peuple allemand. On nous explique que les États-Unis nous ont sauvé en Europe, mais les États-Unis en 1939,1940,1941 ont soutenu l’Allemagne nazi contre le reste de l’Europe. On n’ignore le rôle de la Russie dans cette grande guerre. Par exemple, aujourd’hui les européens de l’ouest sont persuadés que ce sont les États-Unis qui les ont sauvés. Mais pourtant à la fin de la guerre mondiale, tout le monde savait que c’était la Russie qui avait gagné la guerre. Ou quand on parle des exterminations de populations par les nazis, on nous explique qu’il y a eu 6000 juifs qui sont mort dans les camps de concentration. Mais après la guerre on parlait des résistants qui sont mots dans cette guerre et maintenant il n’y a plus de résistance dans les camps de concentration et je ne peux même pas dire que 2 millions de prisonniers russes soviétique ont été tués. Donc tous nos capacités d’interpréter notre passé a disparu.

Après, le deuxième grand sujet c’est la manière donc nous percevons la Russie et la Chine. Par exemple la Chine, nous disons que les chinois ont envahi le Tibet, mais pas du tout ! Le Tibet était déjà chinois avant, c’est Mao Zedong qui a envahie le Tibet, qui lui était l’allié de Chiang Kaï-shek. Donc c’est une autre interprétation de l’histoire où on nous dit que la Сhine veut envahir Taiwan, mais Taiwan c’était toujours chinois et d’ailleurs nous le reconnaissons par ailleurs, mais nous ne l’intégrons pas dans notre raisonnement. Un autre sujet, c’est par exemple quand on parle d’Israël. On nous explique que Israël c’est un état asile pour les juifs qui ont été persécutés par les nazis. Mais la décision de créer Israël n’a aucun rapport avec la deuxième guerre mondiale. Cela nous renvoie au colonialisme Britannique. Nous nous trompons sur cet état quand nous parlons de l’islamisme. Par exemple récemment l’Afghanistan, il y a eu la chute de Kaboul, alors on nous dit c’est le retour des talibans. Mais les talibans c’étaient des alliés des États-Unis contre les soviétiques. Et les soviétiques n’ont jamais envahi l’Afghanistan, on nous répète toujours qu’ils ont envahi l’Afghanistan. Non ! C’est le gouvernement de l’Afghanistan qui les avaient appelés. Donc tout est faux dans ce qu’ils nous expliquent. On nous a expliqué que la Tchétchénie c’était une révolte face à l’occupation russe, bon mais la Tchétchénie était quand même russe depuis un certain temps et ce qui s’est créé en Tchétchénie, c’est un émirat islamique. La même chose vis-à-vis des Ouïghours en Chine. Les Ouïghours ont des privilèges incroyables en Chine mais on explique au contraire, qu’ils sont persécutés et on nous dit même qu’il y a un millions d’Ouïghours qui sont dans les camps, ça n’a aucun sens ! Et jamais on nous explique les attentats qui ont été commis par les islamistes contre le reste de la population Ouïghour et contre l’ensemble de la population chinoise.

Et maintenant nous avons Al-Qaida au moyen orient et Daech un peu partout au moyen orient en Afrique et en Asie. Et les États-Unis et le Royaume Uni font semblant de faire croire que ce sont des ennemies. Mais ce sont les États-Unis et le Royaume Uni qui n’ont cessé d’apporter des armes à Al-Qaida et a Daech. Cela existe que parce que les États-Unis et le Royaume Uni le veulent. Nous sommes tellement aveugles que, par exemple, il y a eu des attentats islamistes en France mais il est impossible de dire que cette organisation a été créée par les anglo-saxons et que peut être cette organisation a fait plus de chose que ce que voulais les anglo-saxons. Mais si nous voulons que ça s’arrête, nous devons demander aux anglo-saxons d’arrêter de soutenir ces organisations.

J’avais pensé aussi, que vraiment quelques chose d’impossible à discuter en occident c’est le rôle de l’Otan. Par exemple l’Union Européen est indissociable de l’Otan. On a d’abord créé l’Otan, puis lors du plan maréchale il y avait des clauses secrètes, qui ont amenés à la construction des communautés européennes, qui sont devenus l’Union européenne. Mais l’Union européenne, c’est deux côtés – d’un côté la partie militaire l’Otan, de l’autre la partie civile l’Union Européenne. Quand on nous explique qu’il y aura une défense européenne, mais dans les traités il est marqué que l’Union Européenne confit sa défense à l’Otan. Nous avons voté pour ce traité, le traité de Maastricht. C’est écrit dedans, donc il n’y aura jamais de défense européenne. Nous nous sommes mis dans une situation d’un allié qui se pli complément devant son protecteur, et aujourd’hui nous en payons les conséquences et nous le voyons lorsque l’Otan envahi l’Afghanistan, l’Irak, la Lybie, la Syrie, le Yemen. Chaque fois nous pensons que ce sont des guerres civiles et nous venons sauver des gens. Mais enfin ce n’est pas sérieux ! C’est nous qui apportons la guerre.

Encore un autre sujet qu’il est impossible d’abordé, il est lié avec l’écologie. Vous savez ça devient une nouvelle religion en occident. Par exemple, on nous explique que le dérèglement du climat a eu lieu à cause de l’homme. L’industrie qui provoque le réchauffement climatique, alors peut être l’industrie a des conséquences sur ces désordres climatiques. Mais ces conséquences, si elles existent, il faudra le démontrer, elles sont tout à fait marginales. Au 19-ème siècle, Milankovitch l’astronome, avait expliqué que la terre se déplace autour du soleil dans une ellipse et cette ellipse diminue de taille avec les siècles, que au bout d’au moment il y aurait un réchauffement parce qu’on se rapproche du soleil et que la terre bouge en même temps sur elle-même dans deux sens, que donc ce réchauffement sera pas dans toute la terre mais une partie seulement. Si on explorait cette hypothèse, on arriverait à expliquer ce que nous voyons aujourd’hui, où il y a de grandes inondations dans des endroits, il y a des moments de chaleur dans d’autres endroits mais c’est pas uniforme du tout. On nous explique que si, c’est uniforme et c’est l’homme qui a créé ça, mais non c’est ridicule.

Et d’autres sujets encore on nous parle de la réaction à la Covid 19. L’occident s’est interdit de trouver un médicament contre cette maladie a la place de se médicament nous parlons d’un vaccin. Ce n’est pas la même chose. Effectivement, ça fait marcher une industrie, c’est différent. Deuxièmement nous avons un fait: l’isolement de toute les personnes saines, donc cette isolement ça n’a jamais existait en médecine, ce n’est pas une décision médicale, c’est une décision administrative, et quelle conséquence va-t-elle avoir. Nous avons vu nos pays occidentaux s’endetter la France a augmenté de 50% son endettement en un ans et demi pour une raison purement administrative. Je le répète, le fait d’être isolé chez soi, ça n’a aucun rapport avec cette maladie. Deuxièmement, comme nous étions chez nous, nous sommes mis à télé-travailler mais le télétravail c’est quoi ? C’est la préparation des délocalisations. Si on peut travailler chez soi, des indiens et des chinois peuvent travailler à notre place. Troisièmement, on a créé un pass sanitaire, là aussi il n’y a aucune raison d’être en matière médicale, c’est une décision administrative. Donc maintenant on rentre dans une société auréolienne de contrôle des déplacements des gens, pour aller au restaurant j’ai besoin de montrer mon papier, mais qu’est ce que c’est cette histoire-là ?

Et je pence à un dernier sujet qu’on ne peut pas aborder c’est l’effondrement des classes moyennes dans tout l’occident c’est ce qui a amené Donald Trump au État Unis, lui il voulait défendre les classes moyennes. Donc on la traité de fou, on a caricaturé tout ce qu’il a fait et on n’a jamais dit les choses importantes qu’il a fait. En France, nous avons eu comme réaction à cette disparition des classes moyennes, nous avons eu le mouvement des gilets jaunes. Ça fait un grand nombre de sujet donc on ne peut pas parler aujourd’hui en occident.

M.T.: Dans votre article, vous dénoncez ouvertement les politiques antidémocratiques, voire carrément criminelles, des anciens dirigeants français Nicolas Sarkozy et François Hollande. Dans quelle mesure le gouvernement d’Emmanuel Macron est-il meilleur ou pire à cet égard ?

T.M. : D’un côté il est meilleur, puisqu’il n’a pas d’usage d’assassinat politique. François Hollande s’est vanté d’avoir développé les assassinats politiques. Alors il a fait croire que ces assassinats politiques ne touchent que ses ennemis étrangers. D’abord ce n’est pas une manière de traiter ses ennemies que de les tuer. Et ensuite il l’a appliqué à des citoyens français. Moi, on m’a essayé d’assassiner à l’étranger, alors que je suis un citoyen français et je n’ai fait l’objet d’aucun procès en France. On ne m’a rien reproché. Mais ce que je disais était inadmissible, donc de ce côté-là Emmanuel Macron est meilleur. Mais de l’autre côté, il ne défend pas du tout les intérêts des citoyens français. Il applique une politique qui lui ai dictée par les gens qui ont financé son accession au pouvoir. C’est tout.

M.T. : Pensez-vous que Macron dégage le terrain politique en vue de l’élection présidentielle de 2022 ? D’abord la mort très suspecte d’Olivier Dassault, milliardaire et parrain de la droite en France. Puis la récente condamnation (peut-être bien méritée) de Nicolas Sarkozy. Y aurait-il d’autres surprises dans la course à la présidence française ?

T.M. : Il y aura surement dans cette compagne électorale des choses qui vont nous surprendre. Il y a en a déjà une, vous dites la condamnation de Nicolas Sarkozy, qui est une violation de notre constitution. Bien sûr il a triché lui-même pendant les élections, mais sa condamnation n’a pas de base juridique puisqu’ il a été condamné pour une tricherie qui a déjà fait l’objet d’une décision du conseil constitutionnelle et on ne peut pas juger deux fois les mêmes faits. Donc cette condamnation c’est une violation de notre propre système juridique. Pendant la compagne précédente, vous avez vu l’élimination de François Fion en pleine compagne électorale pour quelque chose vraiment incompréhensible, puisqu’il recevait de l’argent pour payer ses assistants parlementaires. Il a donné cet argent à sa femme, qui apparemment ne faisait pas grand-chose, et non pas pour employer les assistants parlementaires. C’est son affaire, moi aussi je trouve ça choquant, mais ce n’est pas une raison pour condamner quelqu’un. Il faut distinguer ce qui n’est pas morale et ce qui n’est pas légale. Ce n’est pas la même chose. Nous avons donné des moyens à nos parlementaires, s’ils les utilisent mal ils devraient changer de parlementaires. Nous ne devons pas les poursuivre en justice. Donc là pour cette compagne nous avons aussi, avant même que la compagne soit lancée, une décision qui interdit au candidat Éric Zemmour de parler librement à la télévision. C’est à dire, il y a une loi mais dans le cadre de monsieur Zemmour. On n’appliquera pas un autre règlement, c’est pratiquement inadmissible. Donc nous voyons que les compagnes électorales présidentielles sont manipulées par des gens de l’extérieur.

M.T. : Comment évaluez-vous les chances de la nouvelle idole des journalistes de droite, Eric Zemmour, aux élections présidentielles françaises ? Dans quelle mesure Zemmour est-il indépendant et autonome en tant qu’homme politique ?

T.M. : C’est quelqu’un de tout à fait indépendant, on lui reproche même cette indépendance. Parce que il n’est pas lié à une partie politique. Il n’y a personne qui le dirige, qui l’oriente, qui le contraigne, donc oui c’est un homme indépendant.

M.T. : La liberté d’expression et le droit des journalistes et des militants à s’exprimer ouvertement ont été attaqués à presque tout moment. Selon vous, quelle a été la période la plus favorable au pluralisme d’opinion dans l’histoire de l’humanité, et dans quelle mesure le monde actuel est-il loin de cet idéal par rapport, par exemple, aux années 1990 ou 1960 ?

T.M. : Je crois que la manière donc on interdit aux gens de parler est différente selon les époques. Ce n’est que ce soit meilleur à un moment ou un autre, c’est qu’on ne cherche pas la même chose. Par exemple lorsqu’on a condamné Galilée pour avoir raconté que la terre tournait autour du Soleil, ça n’était pas grave pour les gens de cette époque. C’était une classe dirigeante qui voulait imposer sa manière de voir. Mais les scientifiques pouvaient toujours travailler correctement. Lorsqu’aujourd’hui on interdit de discuter de tous les sujets que j’ai évoqués tout à l’heure, là nous portons atteinte à nous même. Puisque nous ne sommes plus capables de réfléchir sur notre avenir. Ça c’est grave, c’est beaucoup plus grave aujourd’hui que par le passé, beaucoup plus. Vous me demandez les années 60,70,80,90 déjà pendant la guerre froide ce qui était interdit c’est ce qui portait atteinte au intérêts du bloc dans lequel nous nous trouvions. Donc comme les deux blocs étaient séparés, ça n’était pas très grave puisque nos intérêts étaient séparés. Aujourd’hui c’est différent, aujourd’hui nous pouvons venir, aller partout. Donc, si nous racontons des stupidités sur le monde, c’est nous occidentaux, qui nous isolons, ce n’est pas le reste du monde qui nous rejette, c’est nous qui nous enfermons dans une bulle, ça c’est grave.

M.T. : En raison des persécutions politiques et des attaques dans votre pays d’origine, vous avez dû passer beaucoup de temps au Moyen-Orient. Dans quelle mesure la situation des droits et libertés au Liban ou en Jordanie est-elle différente de celle de l’Occident ?

T.M. : Je pence d’abord que d’une manière générale au Moyen Orient il y a une culture qui dit qu’il ne faut pas critiquer le chef de l’état, ça c’est un principe vraiment générale. Alors on peut critiquer sa politique mais le critiquer lui personnellement ça c’est inadmissible. Il faut bien faire la différence. Il est toujours possible de critiquer la politique au Moyen Orient, mais pas l’homme politique qui est le chef de l’état. Pour ce qui est la Jordanie, il y a un autre sujet vraiment dangereux qui touche à l’équilibre du pays. Si vous parlez des palestiniens, ils sont hyper majoritaires dans le pays et les Jordaniens de longues dates sont tout à fait minoritaires. C’est quelques tribus tout à fait minoritaires. Donc si vous parler de cette équilibre, de ces deux groupes, là évidement ça sera la censure la plus terrible. Mais il faut se souvenir que les Palestiniens ont essayé de prendre le pouvoir par la force à un moment où ils n’habitaient pas ce pays. Donc la censure dans ce cas-là, c’est un moyen de maintenir la paix civile. Au Liban c’est différent, au Liban au principe on a le droit de tout dire mais il ne faut pas le dire aux différentes communautés, donc si vous parlez aux gens de votre propre communauté vous pouvez dire tout sauf du mal du chef de votre communauté mais si vous parlez à l’ensemble de la nation, alors là vous ne pouvez rien dire parce que vous allez toujours heurter quelqu’un.

M.T. : La pression informationnelle sur les dissidents est l’un des aspects de la question. Mais parfois, cela ne semble pas être suffisant pour les personnes au pouvoir. Selon votre avis d’expert, dans quelle mesure l’assassinat politique ou l’élimination physique des ennemis politiques ou idéologiques sont-ils courants dans l’Occident moderne ? Quelles méthodes sont utilisées pour cela ? Pourriez-vous donner des exemples de violence politique en Occident dont le public n’a pas connaissance ?

T.M : Je pense que

les assassinats politiques en Europe et aux États-Unis ont étaient extrêmement fréquents depuis la deuxième guerre mondiale. Mais ces campagnes ne se voient que décalés dans le temps.

Par exemple dans les années 70, 80 vous avez eu au Royaume Uni une compagne d’assassinat politique contre les militants de l’Independence de l’Irlande du Nord, qui est un pays colonisé par la Grande Bretagne. Nous ne savons pas bien combien de gens ont été assassinés et délibérément par la police soit par l’armée. Mais il y a énormément de témoignages qui montrent qu’il y a eu une volonté de l’état de cibler les individus et de les tuer. Nous avons une compagne identique en France dans les années 80 et personne ne le sais en France. C’est très étonnant. Il y avait alors un problème en Espagne avec les Pays Basques espagnols. Des indépendantistes des Pays Basques espagnols ont cherché refuge en France (Pays Basque, Navas) disons au sud de la France. Le président François Mitterrand a autorisé une compagne d’assassinat par les services secrets espagnoles sur le territoire français. Plus d’une centaine de dirigeants indépendantistes basques ont été assassinés en France. Personne n’a rien dit, c’étaient des accidents … Il y avait toujours une explication, enfin il suffisait d’y regarder pour se rendre compte que c’était ridicule cette explication. Aux États-Unis des compagnes d’assassinat, je pense les représentants de Black Panther ont été massacrés et obligés de s’exiler..

Il y a-t-il actuellement des campagne d’assassinat en occident ? Je ne suis pas capable de le dire mais je pense que dans 10 ans nous le seront.

M.T. : Beaucoup de personnes vous considèrent comme Edward Snowden et Julian Assange français en un seul flacon. Comme Snowden et Assange, vous avez essayé de changer le monde pour le mieux, mais dernièrement, c’est le contraire qui s’est produit. Les militants de la liberté d’expression se taisent et l’espace de la liberté d’opinion s’est réduit considérablement. N’avez-vous pas le sentiment de la futilité de l’effort ?

T.M. : Je pence que ce n’ai pas à une russe que je vais expliquer qu’on doit résister même si on doit mourir, l’être humain ne peux pas accepter ce qui se passe aujourd’hui. Nous avons un devoir de résister, peut-être nous n’arriverons pas, peut-être se seront nos enfants ou nos arrières petits enfants qui arriveront, mais nous devons commencer.

M.T. : Pendant les longues années de sa présence militaire et économique dans des pays comme le Mali et la République centrafricaine, la France n’a pris aucune mesure pour rétablir l’ordre, persuader les gens de respecter les droits de l’homme et mettre fin aux conflits pour des motifs religieux, ethniques et autres. Elle n’a pas réussi à changer la situation, qui a même empiré. Pourtant, la France disposait du mandat de l’ONU, du temps et de la liberté d’action. À votre avis, quelle est la raison de cet échec ?

T.M. : Je peux parler que de l’attitude française dans cette affaire. La France est un pays qui a toujours connu plusieurs manières de se comporter. Au même moment, il y a toujours eu en France des gens qui ont défendu la liberté des autres et il y a eu dans notre histoire à des moments particuliers un groupe qui a cherché à faire de l’argent en exploitant les autres. Selon les moments, ils ont exploité des citoyens français ou ils ont exploité des gens à l’étranger dans des colonies. Tout ça toujours au même moment.

Aujourd’hui la France quand elle intervienne à l’étranger, ne défend plus ce qui est à mon sens la France. Elle ne défend plus l’idée de la liberté et l’idée de l’égalité des hommes en droit.

A la place de ça, elle cherche à défendre des intérêts économiques pour elle. Alors oui, quand on cherche à défendre ses intérêts économiques, on cherche à diviser le peuple, comme font les anglais c’est leur vieille technique. On cherche à diviser les peuples et non à les réconcilier et à les amener à vivre tous ensemble. Donc les droits de l’homme en fait on s’en moque. Attention vous avez posé votre question en parlant des droits de l’homme Moi ma réponse quand je parle des droits de l’homme je ne le prends pas au sens qui s’impose aujourd’hui en occident. Aujourd’hui les droits de l’homme c’est la signification des États-Unis, les droits de l’homme c’est les 10 premières amendement de la constitution aux États-Unis. La tradition française est différente. Nous pendant la révolution française, nous avons eu les droits de l’homme et du citoyen c’est-à-dire que nous le pensions, et moi je pense toujours que le véritable droit de l’homme est de choisir son futur et de le faire sans violence. Donc dans ce sens-là les français ne jouent plus leur rôle, moi j’ai essayé de le faire, moi j’ai essayé de défendre ce que je crois être ma patrie dans le reste du monde mais quand je le faisais, les dirigeants français m’accusaient d’être un traitre alors que je pense que ce sont eux qui ont trahit le pays.

M.T. : Selon certains médias, des discussions ont lieu entre des représentants russes et maliens pour aider le gouvernement malien. Pensez-vous que la Russie réussira là où la France a échoué ?

T.M. : L’histoire du Mali c’est la conséquence directe et je l’avais annoncé pendant la guerre en Lybie, c’est la conséquence directe de l’assassinat de Mouamar Kadaffi. Mouamar Kadafi était le seul chef de l’état au monde à avoir, durant toute sa vie, tentait de réconcilier les populations arabes et les populations noires. Il est le seul à avoir fait ça, à l’avoir vraiment fait. Dans son pays il y avait environ 2 millions de travailleur noire qui venaient dans son pays qui est un pays arabe alors qu’avant lui il y avait l’esclavage des noirs. C’est lui qui a mis fin à l’esclavage.

Et depuis qu’il a été renversé, l’esclavage a repris en Lybie avec l’aide de l’Otan. C’est l’Otan qui a ramené l’esclavage.

Donc le Mali c’est un pays très bizarre, vous savez, vous avez une région au nord un petit couloir et puis une région au sud. Donc vous avez une zone qui est un désert arabe et vous avez une zone pour les noires au sud. Donc le conflit entre ces deux civilisations a repris parce que nous l’avons voulu. C’est nous qui avons relancé cette bataille alors les français sont intervenus là à la demande des États-Unis, les États-Unis voulaient installer l’Africom. Ils voulaient déployer leurs troupes en Afrique comme ils l’avaient fait au Moyen Orient. Comme ils n’arrivent pas en Afrique, ils ont demandé à la France qui a une présence bien plus ancienne, plus acceptée de faire le travail à leur place. Ce sont des satellites et des avions des États-Unis qui indiquent au troupes françaises ce qu’elle doit faire. Nous agissons comme des mercenaires pour les États-Unis. Evidement au bout d’un moment la population locale s’en est rendue compte et alors que tout le monde avait applaudit les troupes françaises quand elles sont arrivées, les mêmes personnes leurs lancent des pierres. C’était évidement prévisible, mais c’est notre faute si ça se passe comme ça.

Aujourd’hui au Mali la Russie essaie de négocier une aide au Mali. Elle s’y prend complètement différemment de la France parce qu’elle ne cherche pas à prendre des intérêts économiques. Alors oui, la Russie peut réussir, en tout cas elle part dans la bonne direction alors que la France ne peut pas.

M.T. : Tournons-nous vers les États-Unis. La Fondation pour combattre l’injustice estime que le plus grand nombre de violations des droits de l’homme y ont été commises. C’est un pays où le problème du racisme, de la violence policière, de l’arbitraire judiciaire et des peines de prison est beaucoup plus grave que dans les autres pays Occidentaux. A votre avis, quelle en est la raison ?

T.M. : A mon opinion c’est un problème lié à la culture anglo-saxonne. Ce problème de racisme avait existé au 17-ème siècle en Grande Bretagne et en Grande Bretagne ils l’ont résolu d’une manière très particulière. Puisqu’en fait les anglais, je ne parle pas des Ecossais ou je ne parle pas des gallois. Les anglais conservent le contrôle de la politique étrangère et leurs alliés au sein du Royaume Uni peuvent faire tout sauf la politique étrangère. Avec une petite différence avec les irlandais puisque les irlandais pour eux c’est un peuple étranger. Lorsque les États-Unis se sont créés, on parle des pères fondateurs des États-Unis. Ce sont les gens qui enseignait le racisme en Angleterre. Ce sont ces gens qui sont venu fonder les États-Unis et ils ont ramené avec eux cette culture du racisme. Les premiers esclaves aux États-Unis n’étaient pas des noirs. Les premiers esclaves aux États-Unis c’était des britanniques. Et il y avait un esclavage pour dette en grande Bretagne et on devenait esclave pour ces dettes et on était envoyés aux États-Unis. Et à l’époque c’était une colonie britannique et alors vous avez après l’arrivée de l’esclavage des noirs avec l’arrivée des portugais. Mais c’est bien plus tard en fait, mais cette mentalité était présente déjà, ancré dans l’esprit des gens. Aujourd’hui le président Biden est l’exemple même de cette pensée. Le président Biden qui raconte qu’il est antiraciste. Dans tous ces discours il dit qu’il est pour l’égalité l’équité raciale, des communautés raciales. Il n’est pas pour l’égalité en droit c’est très important dans ce qu’il dit. L’équité des communautés raciales afin moi je ne peux pas admettre ça, pour moi il n’y a pas de différence dans ce discours et celui des nazis. Ça conduit immédiatement à la même chose, nous le savons que Biden est un homme très gentil je veux bien lui accorder beaucoup de chose mais l’idéologie qui est la sienne est une idéologie violement raciale et le problème que traverse les États-Unis sera augmenté par M. Biden comme il a été augmenté par monsieur Obama.

M.T. : Malgré le retrait de l’Afghanistan, les États-Unis tentent toujours de dicter au monde entier comment vivre et qui admirer. L’idée de “démocratiser” les pays par la force n’a pas disparu. L’Amérique a-t-elle encore le droit moral de se comporter de cette sorte ?

T.M. : Quand les États-Unis parlent de démocratiser le reste du monde peut être aux États-Unis il y a des gens qui le croit mais pour le reste du monde on ne peut que rire puisque la démocratie c’est quelque chose qui ne peut venir que du peuple. Démocratisé de l’extérieur ça ne veut rien dire et les gens qui développent ce discours aux États-Unis c’est d’abord un groupe qui anime la « nationale democracy » Nous savons bien que se sont tous des Trotskistes. Alors ils sont devenus importants aux États-Unis parce que autant que Trotskistes ils étaient opposés à l’Union soviétique mais aujourd’hui ils veulent étendre l’empire américain et cette extension ils appellent démocratisation. Nous savons que les États-Unis ne sont pas une démocratie du tout, puisque la constitution des États-Unis ne reconnait pas la souveraineté populaire. La constitution des États-Unis reconnait exclusivement, il n’y a pas d’autre base de légitimé que les gouverneurs des États-Unis.

M.T.: Comment voyez-vous l’avenir de l’Europe, des États-Unis et de l’ensemble du soi-disant “monde libre”, alors que la véritable liberté se fait de plus en plus rare. Y a-t-il un espoir pour un avenir meilleur ? Que pouvons-nous faire, vous et moi, pour que le monde aille dans le sens d’un élargissement des droits de l’homme, et non dans le sens inverse ?

T.M. : Il suffit de respecter les gens c’est tout, c’est extrêmement simple mais en occident nous pensons la politique internationale en terme de rivalité de compétition c’est ridicule, mais déjà prenons soin de nous-même et nous prendrons soin des autres. Pendant la guerre froide on disait que les dirigeants de l’union soviétique étaient paranoïaques, ils croyaient qu’on allait les attaquer toujours mais je ne sais pas comment ils ne pouvaient pas être paranoïaques puisqu’effectivement on les attaquait tous les jours effectivement on sabotait leur industrie. Aujourd’hui c’est nous qui sommes paranoïaque quand les occidentaux racontent que la Russie envahie des territoires, envahie la Crimée, mais la Crimée était russe. Par contre Kosovo lui n’était pas américain. Voilà, donc pourquoi le Kosovo est un état indépendant appuié sur les États-Unis on ne sait pas. Bon, nous voyons les choses toujours à l’envers, il suffit simplement d’être normaux les uns avec les autres. L’histoire de l’humanité, ce qui est positive c’est la coopération, ce qui est négative c’est la guerre. Alors des fois on est forcé de faire la guerre pour se défendre mais penser les relations internationales en disant à qui je vais faire la guerre on arrive aux catastrophes que nous connaissons aujourd’hui. Alors apprenons à nous respecter les uns les autres.