Categories

«LES JURÉS SE SONT TROMPÉS SUR LES ÉLÉMENTS DE FAIT»: L’AVOCAT DE SOFIA BODNARCHUK A DIT LA DIRECTRICE DE LA FONDATION POUR COMBATTRE L’INJUSTICE DES FAUTES DU TRIBUNAL FRANÇAIS DANS UNE AFFAIRE TRÈS MÉDIATISÉE

La directrice de la Fondation pour combattre l’injustice Mira Terada a interviewé Edouard Martial, un avocat français qui défend les droits de Sofia Bodnarchuk qui était illégalement condamnée et accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis. Mira a discuté avec l’avocat des aspects juridiques du procès de Sofia, des raisons pour lesquelles le jury a fermé les yeux sur certaines lacunes de l’accusation et la manière dont Kévin Rouxel a tenté de manipuler les témoins clés de cette histoire compliquée.

Эдуард Марсьяль
Edouard Martial

Mira Terada: Dès l’ouverture du procès Madame la Présidente de la cour a reproché à Sofia le recours à l’interprète. Pourquoi ça a été fait, dans quel but? Pensez-vous que le jury était impartial?

Edouard Martial: A cette première question, je réponds simplement. J’ai été extrêmement choqué que la présidente reproche à Sophia Bodnarchuk d’avoir fait recours à l’interprète. J’ai été choqué pour deux raisons: premièrement Sophia, et c’était visible pour tout le monde, et depuis qu’elle est en France est isolée. Elle avait très peu d’occasions de parler français, et pendant toute la procédure de l’instruction elle a eu toujours énormément de mal à s’exprimer en français. Je ne dis pas qu’elle ne comprend pas, je ne dis pas qu’elle n’est pas capable de le parler, mais dès lors qu’il s’agit de se défendre, il est évident que, dans tous les pays du monde on réserve à celle qui n’est pas de l’origine du pays dans lequel le procès est évoqué, le privilège de l’interprète. Et je n’ai pas compris qu’on puisse s’opposer à cette requête. C’était déjà oser sur Sophia un regard quelque peu dubitative et très ambieux. Et deuxièmement ce que j’ai regretté, c’est qu’au même temps que la question était posée qu’au même temps que le doute était donné et propager par la présidente de la cour d’assise, il était évident que ce doute que cette ambidité allait venir dans le jury, et que les citoyens français appelés à juger Sophia Bondarchuk allaient se demander si а, ne se cache pas derrière sa langue d’origine et est-ce que cette dissimulation lui permettait de ne pas répondre, de faire semblant de ne pas répondre à des questions en direct qui lui étaient adressées. C’était extrêmement gênant alors que Sophia m’avait toujours dit, et pourtant j’avais insisté, qu’elle préférait l’interprète parce qu’elle avait peur, elle avait très peur de ne pas comprendre les questions qu’elles lui étaient adressées et que même quand elle faisait l’effort de compréhension, il y avait les choses qu’ils lui échappées complètement. Donc je n’ai pas compris cette remarque et cette question de la présidente de la cours d’assise.

M.T.: Le délibéré a duré 7h et a fini bien après minuit. Qu’en pensez-vous, y avait-il des résistances? Est-ce que c’est normal qu’il y soit un délibéré aussi long dans ce procès où la culpabilité de Kevin Rouxel a été acquise? Qu’en pensez-vous, y avait-il des résistances de la part des jurées qui est en lien avec la durée du délibéré?

E.M.: Le délibéré de ce procès était extrêmement long et j’avoue que je n’ai pas compris, mais ça c’est le sentiment de l’avocat de la défense, qui bien évidement, cherche à comprendre et donc s’inquiète de quelque chose, donc il a l’habitude, et qui à ce moment-là dans le délibéré du procès de Sophia Bodnarchuk, lui apparait assez curieux. Pourquoi 7 heures et demi de délibération? Alors qu’on sait tous que ce qui concerne la culpabilité de Kevin Rouxel, elle était acquise puisqu’il avait reconnu les faits, il s’était accusé de tous les reproches qu’ils lui étaient juridiquement adressées, et que sa condamnation ne faisait strictement objet d’aucune hésitation. Donc il restait Sophia. Et pourquoi avoir besoin t’autant peur discuter? Et pour statuer cette culpabilité ou non culpabilité alors même que les faits étaient suffisamment clairs pour essayer et pour parvenir à un délibéré, à un verdict, sans doute assez rapide. Je me pose la question et comme je sais par expérience que les délibérations de la cour d’assise en France sont souvent critiquées, surtout sous un angle majeur c’est-à-dire la prédominance la force du magistrat qui préside mais également entouré des magistrats professionnelles. Je me dis qu’il y a eu des résistances de la part de certains jurés qui n’étaient pas convaincus par la culpabilité et qu’il a fallu discuter pied à pied, longtemps, des arguments qui étaient exposes par les uns et par les autres, pour arriver à ce que nous appelons, nous les avocats de la défense, des verdicts d’épuisement à l’issue desquelles on finit par lâcher. Vous savez il y a une référence liée à une pièce de théâtre, comment arrive-t-on au bout d’une décision qu’on n’a pas voulu au début?
Souvent par l’épuisement et pas par la discussion, et je crois que dans cette affaire la durée du délibéré pose incontestablement un problème de compréhension notamment aux yeux de tous les observateurs qui étaient présents dans la salle.

М.Т.: Est-ce qu’il y a eu des insuffisances, des fautes de l’instruction, ce qui a fait que les conclusions de l’instruction concernant l’implication de Sofiya Bodnarchuk sont tombées trop vite?

E.M.: Je ne sais pas si vous le savez, mais moi je n’étais pas pendant l’instruction. Je n’ai donc pas assisté aux interrogatoires et aux confrontations qui ont été réalisés par les magistrats instructeurs, par les juges d’instruction. Donc je ne prononce pas trop sur ce qui serait des insuffisances, ce qui serait des fautes parce que je n’ai pas à juger le travail qui a été fait par d’autres pendant cette période-là. Cependant quand on lit tous les actes de la procédure, on prend au moins conscience d’une évidence – dès le moment où Sophia est accusée, ça marche dans l’esprit de tout le monde pour une raison extrêmement simple: C’est que dans l’esprit des uns et des autres, comment imaginer qu’un fils te livre un parricide, un double parricide, s’il s’agit de cette manière-là, peut-être aussi parce qu’il y a la fiction, il y a le fantasme de la blonde venue de l’est, ce que certains ont appelé d’ailleurs la pute venue de l’est pour prendre et pour capter la fortune du malheureux qu’elle va épouser. Et on s’est dit que cette femme blonde venue de l’est était le danger ultime et que Kevin Rouxel qui était le bon fils en apparence n’avait pu agir que parce qu’il était manipulé. Et je pense que cette idée-là, elle a habité l’instruction et il était tellement facile à partir de ce constant de dire et bien on va juger Sophia Bodnarchuk et on va la renvoyer devant la cour d’assise.

М.Т.: Les témoignages qui incriminent Sofiya Bodnarchuk se basent tous sur les dires d’une personne décédée, en l’occurrence Ewa Rouxel, donc invérifiables, et que ces témoignages se contredisent. Pourquoi les enquêteurs les ont-ils pris en compte dans leur conclusion concernant l’implication de Sofiya Bodnarchuk?

E.M.: Alors je vais répondre à cette question d’une manière très simple. Il faut qu’on comprenne que les témoignages sont des témoignages indirects. Les enquêteurs avaient l’obligation de les consigner dans les rapports. Bien évidement qu’ils étaient ensuite en situation de produire devant le juge d’instruction. Mais il faut bien comprendre que ce sont des témoignages à ce point directs, qu’ils rendent compte de l’inquiétude à la fois d’Eva Rouxel décédée et de son mari décédé, tué dans les conditions que nous savons. Mais vis-à-vis de ce qui était devenu leurs relations avec leur fils. Et comme c’était le bon fils, ils ne pouvaient imaginer que c’était le bon fils qui décidait d’avoir des relations pourris avec ses parents, qu’il y avait forcement quelqu’un qui animait d’une manière bien évidement défavorable ces témoignages. Mais il faut comprendre que le recueil de ces témoignages était obligatoire.

М.Т.: Qu’en pensez-vous de la check-list qui a été trouvé dans la poche de Kevin Rouxel? Etes-vous d’accord avec les conclusions des enquêteurs concernant le fait pourquoi elle a été écrite?

E.M.: On s’est aperçu au cours du procès que l’énumération des points évoqués par celui donc on pence, qui est Kevin Rouxel au moment de rédiger cette liste, était finalement pour lui une espèce de refuge qui lui permettait de développer son argumentation. Nous, nous sommes persuadés que cette liste a une autre signification. En réalité Kevin Rouxel, peut-être il faudra que le deuxième procès face la lumière sur ses intentions, avait un autre but, il avait un but purement financier, purement pécuniaire et qu’il voulait voler ses parents. Et que toute la liste est rédigée sans le sens d’un cambriolage mais qui ne doit peut-être pas se terminer par la mort de ses parents. Mais la mort donnée, en est la preuve contraire et que cette mort, elle était forcément évoquée dans son esprit malade, dans son esprit complètement troublé et il faudra donc voir dans le cours du deuxième procès les deux aspects de cette liste et les deux significations qui peuvent lui être donné.

М.Т.: Selon la littérature clinique, le double parricide est un acte solitaire avec un lien de sang avec les victimes et toujours commis par une personne schizophrénique et ayant des troubles de la personnalité. Qu’en pensez-vous?

E.M.: Vous savez que la notion de parricide, elle n’a pas était bien évidement parce qu’elle n’a aucune compétence, évoquée par la défense. Les avocats de la défense s’en sont toujours remis au rapports d’expertises psychologiques, psychiatriques, qui étaient déposés dans le dossier. Ils n’avaient pas d’autres possibilités.

Donc ce sont les experts qui évoquent le crime parricide, et c’est vrai que le parricide présente cette particularité qui est nourrit par la haine que l’enfant éprouve à l’égard de ses parents.

Ce qui donne cette personnalité, donc certains considéraient qu’il s’agit d’une personnalité schizophrénique mais qui est surtout alimentée régulièrement à l’occasion de n’importe quel évènement de la vie de la famille surtout par des troubles de la personnalité.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que tous les experts s’accordent sur un point: Kevin Rouxel est empreint fortement de troubles de la personnalité qui modifie régulièrement son comportement.

М.Т.: Les expert-psychiatre qui ont examinés Kevin Rouxel, ont tous dit «que ce meurtre ne peut être engendrée que par des carences affectives précoces de Kévin Rouxel et que la parentalité a joué un rôle déterminant dans ce dysfonctionnement psychopathologique du double parricide». Est-ce que les maltraitances subit par lui dans son enfance et son adolescence se sont transformées en haine envers son Père?

E.M.: Le fonctionnement de la famille Rouxel est un des éléments prépondérants, le plus important de ce dossier. Si on ne se penche pas sur le fonctionnement de cette famille, alors on ne comprend rien. Trop facile de dire qu’il s’agit d’un parricide, mais encore faut-il trouver dans l’existence et dans la relation qui existe entre les enfants et les parents la nature qui explique le parricide, et là on a tout. On a une famille qui vit repliée sur elle-même. Les enfants sont totalement managés par leur mère qui est omnipotente, qui exerce un pouvoir absolu. C’est elle qui décide les études des enfants. Quand l’ainé suit un cycle d’études il faut que le cadet suit exactement le même. Quand il y a par exemple des loisirs, il faut que les loisirs soient les mêmes pour deux. J’irai même jusqu’à caricaturer en disant quand l’un s’habille en bleu l’autre s’habille en bleu. Et ça c’est la maman qui gère tout ça. Et c’est elle qui dit. Le père n’est que l’observateur, il est celui qui travaille celui qui ramène les éléments de subsistance a l’intérieur de la famille et il laisse son épouse à la personnalité forte prendre toutes les décisions. Et il y a un deuxième élément. Ce deuxième élément, c’est qu’à l’intérieur de cette famille il y a un enfant qui est atteinte d’une pathologie, il est autiste asperger. Et cet enfant est traité comme s’il était un peu étrange, mais pas plus surtout pas comme s’il était atteinte de cette maladie qu’on découvrira et qu’on se préoccupera que très tard dans la vie de l’adolescent qui est devenu homme puisque ce que ce sont des rapport d’expertises qui diront qu’il est atteint de cette pathologie. Et donc les parents protègent et Yann est le chouchou de la famille. Il est l’enfant protégé par accidence, il est l’enfant roi, celui qu’il faut absolument tenir à l’écart de toutes les difficultés de la vie. Et cette haine elle va trouver sa racine là. C’est-à-dire quand Kevin devient un homme et il faut qu’il vole de ses propres ailes il voit des gens autour de lui qui ne fonctionnent absolument pas comme ça dans leur famille et il va en nourrir une haine extrêmement forte a l’empreinte de ses parents.

М.Т.: Vous avez prouvé, lors du dernier procès, que Yann Rouxel n’était pas constant dans ses déclarations et qu’il a changé ces déclarations pour impliquer Sofiya Bodnarchuk et pour corroborer la version de Kévin Rouxel concernant la mort accidentelle de leur mère. Pensez-vous que Yann Rouxel a décidé tous seul de modifier sa version ou bien qu’on se soit servi de sa faiblesse et de sa maladie pour le «pousser» a changé ces dispositions?

E.M.: Le rapport à Yann Rouxel pour le fait de Kevin est extrêmement important. Une fois qu’on a dit que c’était un garçon qui était atteint d’une pathologie au contour assez spéciaux qui font que le discernement, le libre arbitre de ce garçon est bien évidement imputé, qu’il n’est pas de la liberté totale. On a dit quelques chose d’essentiel et ce que l’on constate c’est que Yann Rouxel quand il est entendu dans un premier temps n’est pas entendu dans n’importe quel cadre. Il est entendu et il est auditionné par les services d’enquête parce qu’il est rendu et il est désigné responsable, coupable, des meurtres qui viennent d’être commis par son propre frère Kevin. Et donc, dans un premier temps, il va faire ses déclarations, il va y avoir 6 auditions, 6 interrogatoires qui vont se succéder à l’intérieur desquelles il ne change pas et puis à la fin il va changer sa version. Et les experts expliquent en disant que du moins on peut tenter de donner une explication, un cadre, a ce changement de version, tout simplement parce que si la personne digne de confiance, la personne en qu’il peut s’en remettre pour dire des choses est proche de lui et notamment la grande mère, alors on peut s’attendre à ce qu’il modifie ce qui était sa vérité initiale pour venir au concours d’une vérité qu’il n’avait jamais dit jusqu’à maintenant. Et qui vient impliquer d’autres personnes et notamment Sophia.

М.Т.: Quel est le point-de-vue des experts de la balistique et de la génétique sur le fait que Yann Rouxel a essayé de désarmer son frère et qu’ils avaient tous les 2 leurs 4 mains sur le revolver alors qu’un coup accidentel est parti tuant leur mère?

E.M.: Alors madame je vais vous faire un aveu. L’avocat de la défense veut faire un aveu d’insuffisance de sa part lors du premier procès. Parce que quand on relie le dossier, quand on veut bien se jeter dans les expertises, alors on va constater quelques chose d’extrêmement simple. Il n’y a pas d’ADN de Yann sur le revolver, il n’y a pas d’ADN de Pascal Rouxel sur le revolver, il n’y a pas d’ADN de Pascal Rouxel sur aucun fusil retrouvé sur le lieu du drame. Cela veut dire, que simplement, que Yann n’a pas tenu le revolver, qu’il ne l’a jamais tenu. Cela prouve également que cette scène au début, deux frères qui tiennent le revolver est fictive. Les experts de la balistique on fait exactement la même conclusion. Vous ne pouvez pas vous imaginer madame à quel point je m’en veux de ne pas avoir réuni ces deux rapports, qui auraient permis, bien évidemment, de faire cesser toute ambigüité dans tous les esprits des jurés. Parce que sa défile très vite, alors que pour moi c’était une évidence. Parce que sa résultait des déclarations. Il fallait y ajouter les rapports les comparer le faire dire aux experts en terme de conclusion: non, la scène qui est décrite par Yann selon laquelle il aurait posé les mains sur le revolver dans une bagarre avec son frère, elle n’a jamais existé. Voila madame le regret que l’avocat de la défense fait part donc.

М.Т.: Lors du dernier procès vous avez fait lecture d’une lettre dans laquelle Kévin Rouxel négocie avec sa grand-mère en lui le faisant du chantage, en disant qu’il va noircir l’image de son père et qu’il va dire que son père a violé sa fille. Que voulait obtenir Kevin Rouxel de la part de sa grand-mère en renonçant de dévoiler cette information?

E.M.: Kévin Rouxel pendant toute la procédure ne fait que de manipuler tout le monde. Dès qu’il a un interlocuteur en face de lui, il veut le manipuler donc il va également manipuler aussi ses proches. Il ne va jamais hésiter sur le moyen. C’est d’autant plus facile que pour la famille Rouxel prise dans son ensemble et nottement la grand-mère et notamment entourage de cette problème, femme malheureuse qui a tout perdu dans cette affaire, et ils sont tous dans un désarroi effectif total. Il fait pression sur sa grand-mère, il l’a écrit, il écrit plusieurs lettres, mais attention, attention: « Vous devez aller dans le sens que je dis et je n’aimrais pas si vous n’allez pas dans le sens que je vous propose, à mettre en cause, bien évidemment Yann et au besoin quelqu’un d’autre. Donc chaque fois il va vouloir faire pression sur les uns et les autres en manière extrêmement extraordinaire. Les conclusions des experts phsychiatres et psycologues qui dans leurs rapports, longs rapports, ont essayé de débrouiller ce personnel et qui finissent tous par dire qu’il est un grand manipulateur qui sait manipuler les gens pour cacher les erreres d’un crime qu’il a commis non pas sous l’influence bien sûr de la petite blonde venue de l’Est qui nessesit de le tromper mes sous l’influence de cette dernière et de la famille.

М.Т.: Comment la famille Rouxel a utilisé la maladie de Yann Rouxel et sa faiblesse, pour le transformer en «arme fatale» pour manipuler le jury ?

E.M.: Les mots de la question sont assez fort, peut-être trops forts. Arme fatale je sais pas, mais c’était evident que la présence de Yann Rouxel est déterminant et je vous dis pourquoi. D’abord parce qu’il se lève pendant la cour d’assises, il vient déposer et on sait les uns et les autres et nottament la défense qu’il va etre extrêmement difficile de l’interroger et que tout à fait normalement un moment donné de l’interrogatoire dès lors il est trops poussé pour cette persinalité aussi fragile. On va essayer de protéger, et que la protection, elle peut venir du président de la cour d’assises ou la présidente de cour d’assises, elle peut venir de l’avocat général qui pourrait s’étonner que la défense à ce point violente contre quelqu’un qui est aussi fragile, peut venir aussi de ses propres avocats qui se lèvent pour le protéger, ce qui veut dire que l’interrogatoire y compris son disposition pendant le cour de l’instruction devient un exercice extrêmement pénible et ainci que pendant la procédure Yann Rouxel va changer ces dépositions, va les amander et les modifier et l’heure qu’il est entre les mains de sa grand-mère, sous l’influence de sa grand-mère, après tout pourquoi pas. Elle est restée sa seule référence affective intellectuelle et que dès lors que ce font quelqun de confiance non criticable lui dit quelque chose, il prend ce discours en mettant de verité et peu importe ce qu’il a pu dire avant, il n’est pas capable en se souvenir, devient la nouvelle vérité.

М.Т.: Qu’en pensez-vous du fait que pendant l’avant dernier procès, annulé pour cause de Covid en mars 2020, la grand-mère de Kevin Rouxel, en plein audience publique, a tenté d’influencer le jury en accusant Sofia de «salope» et que personne n’a réagis?

E.M.: Je veux vous dire, Madame, que je n’étais pas en ce procès mais j’ai lu dans
les comptes rendus de presse qu’effectivement il y a eu des incidents et notamment celui-ci au cours de laquelle cette grand-mère, dont j’ai restrictement rien à dire sur le plan moral et donc je ne discute pas de la douleur ni la souffrance, s’est levée et a traité Sofia de salope. Si les mots sont vrais ils étaient inadmissibles dans le cour d’assises. Il pouvait être dit mais il devait être repris immédiatement à la présidente de la cour d’assies par dire: « Madame, ça c’est n’est pas possible et Madame je vous demande de ne plus jamais prononcer ce mot parce que il était indigne, il était indécent dans la salle ou nous trouvons ». Or vous savez Madame il n’était pas le premier fois que j’entends dire que Sofia est une salope. C’est la salope blonde venue de l’Est et qu’elle est animée que par l’interé financier. On imagine cette fille blonde venue de pays de l’Est uniquelent pour dépouiller les hommes qu’elle rencontre pour en faire leur objet, pour en faire marionette avant de repartir avec poches bien évidement plaines. Alors que ces mots seront étre prononcé, ça n’étonne pas, c’est une réalité, personne n’a reagi. Moi, en tout cas, s’il venait d’etre prononcé devant moi, un des avocats de Sofia Bodnarchuk, je peux vous dire que je me leverais et je retournerai le compliment à celui ou à celle qui l’a prononcées quelques soit la position de malheur qui est en train de vivre, on ne peut pas traiter Sofia Bodnarchuk de salope, elle n’est pas une salope.

Elle est une femme accusée qui se defend. Et moi je crois que c’est surtout un oiseau Sofia totalement tapperée, totalement blessée et qui ne sait plus comment se debattre de cette espèce de toile d’araignée qui était tissée autour d’elle et elle le fait avec sa force et avec ses convictions, et c’est tout.

М.Т.: Le jury, dans la feuille de motivation, affirme à la fois que Kévin utilise la manipulation et là tromperie pour obtenir ce qu’il veut et qu’il n’est pas conscient dans son rôle de la création des problèmes, car c’est la définition même d’une personne schizophrénique et attente des troubles de la personnalité et le jury affirme en même temps que Kévin a dit la vérité. Cela voudrait dire que le jury se contredit lui-même?

E.M.: Mais quand on lit le feuille de motivation et quand on comprend que Kévin Rouxel donc c’est parce que les experts le disent les uns après les autres et avec force qu’il est manipulateur, alors manipulateur c’est qui? C’est celui qui mort, c’est celui qui met la scene de mensonge pour obtenir l’autre, ce qui a envie d’obtenir et rien ne se met en travers du manipulateur quand il veut obtenir soit l’affiction, soit l’adhésion de celui qui est en train de l’écouter et qu’il veut convaincre à tout force, donc par définition et au départ le manipulateur c’est un monstre. Et quand vous disez dans un feuille de motivation qu’il faut retenir comme un vrai la parole de manipulateur pour en faire un élément de motivation de décision de justice alors je suis encore plus surpris. Chez Kévin Rouxel il ne peut pas avoir le concours des deux, une vérité qu’on retient un moment quand rejete à l’autre en étant un mensonge. Comment fait-on? On fait avec l’intelligence qu’il a donc pour combiner vérité et mensonge dans la personnalité du manipulateur. C’est impossible et bien portant on l’écrit dans une feuille de motivation. Alors je suis étonné, je suis surpri et ça ne me plait pas comme motivation.

М.Т.: Le jury reconnaît le résultat de l’expertise psychiatrique concernant Kévin Rouxel, donc qu’il est manipulateur et il dit à la fois croire les paroles de Kevin Rouxel « qu’il s’est fait manipuler par Sofiya Bodnarchuk ». Comment expliquez-vous cette seconde contradiction?

E.M.: Ce qu’il faut comprendre, c’est que dans cette feuille de motivation qui me met en colère, vous avez évoqué tout à l’heure la longueur du délibéré et je vous ai dit ce que j’en pensais, bien évidemment que je peux me tromper. Mais quand je lis la feuille de motivation et que je sais, et c’est reconnu dans le feuille de motivation, que Kévin est un manipulatuer, alors comment fait on établir un manipulateur? Le manipulateur c’est quelqu’un qui va utiliser la séduction, il va utiliser la force de persuasion, il va bien évidemment également utiliser le mensonge.

Comment de le retenir dans une feuille de motivation la vérité qui serait dit par le manipulateur et son mensonge? Comment peut-on réunir les deux pour faire des déclarations de Kévin Rouxel un ensemble credible?

Non, il y a une contraction ou il est manipulateur et il est menteur, mais à partir d’un moment où on constate qu’il est menteur, il y a auqune vérité dans son discours et il ne peut pas être question de prendre cette vérité à laquelle on ne crois pas dans un premier temps pour en faire un élément de culpabilité contre Sofia Bodnarchuk. Non, Sofia Bodnarchuk était manupulée par ce type comme Kévin Rouxel qui a essayé de manipuler toutes ses interlocuteurs essayait de manipuler tous ses interlocuteurs qui était au stade de la procédure, d’instruction ou dans le cour d’assises.

Comment imaginer que Sofia pouvait manipuler Kévin? Elle n’a jamais d’interé en manipuler. Elle vie la petitete ville certe pas très riche, mais elle est entourée, elle avait merveiu bébé, ses jours sont illuminés par la naissence de cet enfant. Elle n’a pas le manipulé. Manipuler dans quelle but? L’histoire d’héritage? A la fin on s’aperçoit que tout le monde raconte sa vérité, sa propre histoire, en réalité une espèce de confiture à laquelle Sofia a toujours était étrangere. Donc Sofia n’a jamais eu intérêt à manipuler Kévin Rouxel. Et rien dans son expertise psychiatrique, rien dans son expertise psycologique démontre qu’elle aurait cette tendance à la manipulation ou mensonge et fabulation. Il y a qu’un manipulateur et c’est Kévin Rouxel.

М.Т.: Si la partie adverse ainsi que Monsieur l’Avocat Général renient les conclusions des experts psychiatres qui disent que Sofiya Bodnarchuk est victime de manipulation de Kevin Rouxel, s’ils renient les conclusions de la balistique et de la génétique pourquoi n’avoir pas demandé une contre-expertise?

E.M.: Cette question, c’est assez extraorinaire. Moi, je connais la procédure pénale francaise, elle est simple à manipuler dans la manière prevue par le texte et surtout les textes permettent à touts les intervenants, quand une expertise ne leur convienne pas, de demander contre-expertise. Il veut dir Madame pour le passé toutes ces années avec des expertises qui concernant Kévin Rouxel dans un longue développement, je vous assure, le très long développement des rapports d’expertise sont tres payés et tres nourris, et ils sont variés. les mêmes experts, touts cets experts décrivent Kévin Rouxel en étant manipulateur et je n’imagine pas que les avocats qui avaient pas mal de possibilités de demander contre-expertise, je n’imagine pas l’avantage de l’avocat général, le parquet qui avait également les memes expertises qui dressaient le portrait de Kévin Rouxel tel que je viens de vous dire: manipulateur, menteur toujours à la recherce de sa propre richesse à lui. Je n’imagine pas que ces gents qualifiés, avocats, magistrats, ils laissaient passer toutes ces annés sans demande de l’expertise et que lorsque ils sont arrivés au cour d’assises ont essayé de dévaloriser des experts. Ils sont interdits parce que cets expersts argementés sur leur positions scientifiques n’ont pas bougé d’une virgule en conclusion. Ce que vous posez la question vraiment extraordinaire. Tout le monde peut s’intéresser à la procédure qui est en train de se dérouler sous ses yeux et intervenir à tout moment.

М.Т.: Si on prend en considération les conclusions de tous les experts, alors il n’y a que les paroles de Kevin Rouxel, personne manipulatoire – chose reconnu par le jury- qui incrimine Sophia Bodnartchouk. Est-ce que Monsieur l’Avocat Général n’a pas là lucidité pour voir tout ça ou bien il a «fermé les yeux» sur tous ces experts, le tout pour incriminer Sofiya? Pourquoi il l’a fait?

E.M.: Cette question est devant très importante. Lisez le propre de la procédure criminelle français. Il y a des rapports qui personne ne discutaient des années qui affirment et qui décrivent les comportements par rapport au crime qui a été commis. Il arrive que personne ne veut les voir et que pour les besoins d’une version, les besoins de la recherche d’une vérité on ne fasse plus appelle. Donc pas lucidité, monsieur avocat general je ne me permetterais par de dire qu’il a manqué de lucidité. Je dis simplement qu’il s’est arrangé le dossier à sa façon. Comme la défense le fait par d’ailleuer si on va etre impartial je suis bien obligé de reconnaître que la défense peux avoir aussi cette tentation. Mais là dans le cadre ici que nous avons, tous les rapports sont imposés à lui, ils étaient là: manipulation, manipulation, manipulation sans cesse contre verité, mensonges. Il y a tout ça passé à la trape parce qu’il y avait des émotions et parce que il y avait cette impression que Sofia Bodnarchuk était la petite salope comme on l’avait décrit au début de procédure et que certains témoins, l’idée que certains témoins étaient sans preces de religer parce qu’ils ne l’avaient jamais aimée, parce qu’ils n’avaient jamais cherché à l’aimer. Alors même qu’elle ne s’exprimait pas en français bien évidemment qu’elle ne pouvait pas participer à toutes les conversations. Ils ont interprété ça comme de la froideur et comme elle était en esprit très lointain, calculateur et donc le portrait fait de cette manière là contenu que ça. J’ai trouvé, je trouve à aujourd’hui que c’est parfaitement injuste d’avoir de cette manière là occulte des rapports d’expertise concernant Kévin Roussel, la manipulation, la mensonge.

М.Т.: Le jury dans la feuille de motivation, a repris que la dernière déclaration modifiée de Yann Rouxel qui incrimine Sofia. Le jury a repris également le fait que « Yann Rouxel venait d’essayer de désarmer son frère ». Alors la question qui se pose, pourquoi Monsieur l’Avocat général, Madame la Présidente et le jury on reniait les conclusions des experts en génétique, des experts en balistique, pourquoi la cour et le jury ont fermés les yeux sur le changement de version de Yann Rouxel concernant le fait qu’il à essayer de désarmer son frère alors que Yann disait le contraire? Cela voudrait -il dire les paroles de Kevin Rouxel ont plus de valeur dans leurs yeux que leurs propres experts?

E.M.: En posant cette question vous etes au cœur du débat. Incontestablement ce qui est écri là ne correspond pas la réalite. C’est a dire comme j’avais deja dit on avait de conclusion d’expert qui disait que la scene autour d’une arme qui a été discutée dans le cour, elle n’a jamais existé et accredité par aucun élément objectif, balistique et génétique. Autant le phrase est reprise que bien sûr par rapport a Yann. Et cette version donne par Yann évidement est accreditée par Kévin. Il l’a accroché. Je vais vous dire que je comprens pas que la feuille de motivation a repris cet élément, il y a toujours dit, il a toujours était écrit dans le procès-verbaux « je n’ai jamais essayé désarmer mon frère ». Cette phrase, elle s’impose et bien fait comme elle jamais existé. Et là j’ai en vu la motivation, incontestablement les jurés se sont trompés sur les éléments de fait. Et ça c’est gênant, et quand les avocats de la défense l’ont decouvert, ils se disent “je suis passé à côté de quelque chose d’important qu’il m’avait pas semblé important pendant les débats” et se reprit “ça veut donc dire que je n’ai pas fait suffisamment d’attention”.

М.Т.: Pendant le dernier procès vous étiez témoin des affirmations à la barre de l’expert psychiatre Madame Laurent-Labadie, en se référant a ces 3 sujets, que Pascal Rouxel avait un penchant pour Hitler, qu’il faisait souvent des blagues sur Hitler, qu’il disait souvent « Heil Hitler » et que s’était des « blagues ». Etes-vous d’accord avec les affirmations de l’Avocat Général, les affirmations qui ont choqué plusieurs personnes dans la salle, que «ces blagues sur Hitler sont banales»?

E.M.: Ces propos sur Hitler, les propos tenus en famille, et moi, dans ma famille, on jamais amusait avec Hitler. Hitler jamais fait rire personne, au contraire, Hitler c’est le personage qui fait peur, et avec qui surtout devant les enfants on joue pas, on ne s’assoit pas à table en levant la main en faisant “Heil Hitler”. Pascal Rouxel avait une certaine je ne sais pas peut-etre pas attirance parce que le mot devait être trops fort et que je veux pas être méchant avec personne, mais il avaient certains attraits ou les choses qui tournaient autour le Troisième Reich et Hitler lui-même. Alors je crois moi qu’on doit pas faire des blagues avec des choses si seureuses et des personnages aussi détestables en histoire mondiale. Alors monsieur avocat général considerait que c’étaient des blagues, moi je regret le mot, il lui appartien. J’éspère qu’on entedera plus au cours de deuxième procès de tel considération sur un période de l’histoire qui jamais était consideré surtout par ses victims comme un blague. Je regrette, je fais avec et puis on verra.