Categories

“La persécution d’Assange est une vengeance politique pour avoir exposé la vérité désagréable sur les États-Unis” : Le responsable de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, a accordé une interview à la représentante de la Fondation pour combattre l’injustice, Mira Terada.

Mira Terada, directrice de la Fondation pour combattre l’injustice, a interviewé Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de la publication électronique WikiLeaks, le plus proche collaborateur et confident de Julian Assange. La semaine dernière, le tribunal britannique a donné son autorisation à la demande des États-Unis d’extrader Assange, qui a été inculpé de 18 accusations criminelles et risque jusqu’à 175 ans de prison. M. Hrafnsson a qualifié la décision d’extrader Julian Assange vers les États-Unis comme une farce et une tragédie et a accusé la CIA de tenter de punir physiquement le fondateur de WikiLeaks. Le rédacteur en chef de WikiLeaks a expliqué à la représentante de la Fondation pourquoi les garanties données par les États-Unis à la justice britannique concernant la sécurité d’Assange ne valent pas le papier sur lequel elles sont écrites.

Кристинн Храфнссон
Kristinn Hrafnsson

Mira Terada : Bonjour. Je suis heureuse de vous voir. Merci beaucoup d’avoir trouvé du temps pour moi. J’ai quelques questions à vous poser. La Cour d’Angleterre a annulé la décision de janvier du tribunal de Westminster, satisfaisant ainsi la demande de la partie américaine d’extrader Assange vers les États-Unis. Le tribunal britannique a cru les États-Unis, qui affirment que l’accusé ne sera pas placé dans une prison de haute sécurité, que ce soit pendant la procédure d’instruction ou après la condamnation. Que pensez-vous de la conscience avec laquelle les États aborderont la réalisation de leurs promesses ? Quels documents juridiques assurent leur mise en œuvre ?

Kristinn Hrafnsson : Eh bien, il est tout à fait évident que ces soi-disant assurances sont absolument inutiles et ne valent pas le papier sur lequel elles sont écrites. Ce n’est pas seulement mon avis, c’est l’avis d’Amnesty International et d’autres organisations de défense des droits de l’homme qui se sont penchées sur la question et qui ont constaté, conformément aux exemples précédents où cela s’est produit, que les soi-disant assurances des États-Unis ne sont pas respectées. Elles ne valent donc rien. Et en fait, si vous regardez les garanties, elles sont accompagnées d’une mise en garde. Elles disent en fait que les États-Unis se réservent le droit de changer d’avis à tout moment. Je veux juste souligner qu’il existe une organisation qui peut exiger, par exemple, qu’un prisonnier soit mis en isolement et c’est la CIA. La CIA peut demander au département de la prison de mettre Julian Assange en isolement pour une durée indéterminée.

Aujourd’hui, si nous regardons le fait que depuis quelques semaines, il a été fermement établi par des reportages d’enquête qui n’ont pas été réfutés de manière significative, que depuis quelques années la CIA organisait un complot pour kidnapper ou même assassiner Julian Assange.

Cela va sans dire qu’il est totalement inacceptable qu’un pays comme le Royaume-Uni mette sa vie et son avenir entre les mains de la CIA, ou même du gouvernement américain, qui n’a pas l’habitude de tenir les promesses qu’il a donné. Tout cela n’est donc qu’une farce, une tragédie que cela se produise le jour de la Journée des droits de l’homme des Nations unies, que nous ayons cette décision. Elle n’a aucun sens sur le plan juridique, et toute l’affaire contre Julian Assange n’a aucun sens sur le plan juridique, et il y a une raison à cela. Il ne s’agit pas d’une procédure pénale. C’est une persécution politique vindicative. Rien d’autre.

M.T.: Toutes les tentatives des partisans d’Assange pour le soutenir ont été réprimées. À votre avis, qu’en est-il de la restriction de la liberté d’expression ?

K.H.:

Eh bien, il y a des restrictions à la liberté de la presse, et il y a des dangers auxquels le journaliste doit faire face dans le monde occidental. Il ne faut pas le négliger.

C’est tout simplement horrible, horrible que les deux pays, le Royaume-Uni et les États-Unis, qui sont impliqués dans ce fait aujourd’hui. Faire passer le message qu’ils sont l’avant-garde de la liberté de la presse devrait s’associer à cette parodie de justice contre Julian Assange, un journaliste certifié, depuis plus d’une décennie. Cela se passe également le jour où deux journalistes, deux autres journalistes, reçoivent le prix Nobel de la paix à Oslo. Cela se passe le dernier jour du sommet américain sur la démocratie, au cours duquel le département d’État américain tente de faire passer le message au monde entier qu’il est le défenseur de la démocratie, qui repose sur la liberté de la presse. Nous assistons donc à un jeu très dangereux et manipulateur, et la crédibilité de ces deux pays est très menacée, étant donné que cette attaque contre Julian Assange se déroule en ce moment même.

M.T.: Pourquoi n’y a-t-il toujours aucun mouvement appelant à la libération d’Assange ? Les gens ne veulent-ils pas ou ne peuvent-ils pas soutenir quelqu’un que les États-Unis considèrent comme leur ennemi ?

K.H.: Je ne suis pas d’accord avec le fait qu’il n’y a pas de mouvement de lutte pour sa libération et l’abandon de charges. Au contraire, toutes les grandes organisations de défense des droits de l’homme, de la liberté d’expression et de la liberté de la presse dans le monde ont déclaré que l’administration Biden devait abandonner les poursuites contre Julian Assange et qu’il devait être libéré. Je pense que plus de deux douzaines d’organisations se sont unies sur ce front. Toutes les organisations journalistiques, la Fédération internationale des journalistes, le Syndicat national des journalistes du Royaume-Uni, Reporters sans frontières, etc. considèrent qu’il s’agit là d’une attaque très grave contre la liberté de la presse dans le monde. Donc, il y a du mouvement. Il y a également un mouvement parmi les parlementaires occidentaux qui ont signé une déclaration exhortant l’administration Biden à abandonner les charges. Nous avons vu ces déclarations au Bundestag allemand, dans d’autres parlements, en France, en Grèce, en Espagne et en Italie, au Royaume-Uni, en Australie, en Islande, etc. Les gens sont donc inquiets et considèrent qu’il s’agit d’une grave menace et d’un grave précédent si cela se poursuit. Il doit y avoir une plus grande mobilisation et une pression sur les détenteurs du pouvoir. Nous n’avons toujours pas vu un seul gouvernement occidental presser l’administration Biden d’abandonner les poursuites. Cependant, sous Angela Merkel, son commissaire aux droits de l’homme s’est montré très préoccupé par ce qui se passait. Et puis, bien sûr, le président du Mexique a offert l’asile à Julian Assange. Les choses commencent donc à se réveiller, et il est grand temps que l’administration Biden à Washington se réveille également, ainsi que le peuple des États-Unis, et qu’ils voient cela pour ce que c’est, une tache très grave sur la réputation de l’administration Biden, qui poursuit un héritage qui a été commencé par l’administration Trump et son directeur de la CIA, Mike Pompeo, qui est ensuite devenu secrétaire d’État. Il n’y a plus d’excuse.

L’affaire doit prendre fin et les charges contre Julian doivent être abandonnées. Il ne s’agit pas seulement de la vie d’un homme, bien que ce soit une raison suffisante pour y mettre fin. Mais l’image globale de la situation est très grave. C’est l’attaque la plus grave contre la liberté de la presse dans le monde occidental depuis bien longtemps.

Кристинн Храфнссон и Джулиан Ассанж
Kristinn Hrafnsson et Julian Assange

M.T.: Comme nous le savons, Julian fait face à 18 accusations criminelles et risque jusqu’à 175 ans de prison. À votre avis, quelle sera la décision de la cour dans cette affaire ?

K.H.: Il est tout simplement impossible de le dire, et ce que nous savons, bien sûr, c’est que le ministère de la Justice des États-Unis a décidé de porter l’affaire devant le tribunal du district ouest de la Virginie, où nous savons qu’un jury serait sélectionné parmi des personnes qui, pour la plupart, ont un lien direct avec l’administration, les services secrets, etc. ou un lien indirect par le biais de membres de leur famille, etc. Il y a donc une raison pour laquelle cette cour est choisie. On l’appelle le tribunal des espions parce que tous ceux qui y ont été inculpés pour ce genre d’accusations d’espionnage ont été condamnés. Et donc, il y a peu de chances sur ce front. Il fait face à 18 chefs d’accusation cumulant cent soixante-quinze ans de prison. Dix-sept de ces accusations concernent simplement la possession et la réception, la possession et la publication d’informations, ce qui est du journalisme par définition. Ce n’est pas de l’espionnage. C’est du journalisme. Le chef d’accusation restant est celui de piratage, qui a été totalement dévasté car aucun piratage n’a eu lieu. Et même le témoin clé dans l’affaire soutenant cette accusation de piratage a maintenant rétracté son témoignage et a souligné que ce qui est maintenu dans cet acte d’accusation ne s’est jamais produit en réalité. Ainsi, toute cette affaire n’a pas de fondement et toute personne qui y regarde de près voit ce qui se passe réellement ici, à savoir, comme je l’ai dit, une persécution politique. Rien d’autre.

Le crime qui est abordé ici, c’est le crime d’être un journaliste.

M.T.: Assange a informé au monde entier des faits de la corruption parmi les responsables du gouvernement américain, des scandales d’espionnage et des crimes de guerre. Pensez-vous que l’accusation poursuit des motifs personnels ?

K.H.: Il n’y a aucun doute dans mon esprit que la motivation derrière cette persécution politique est une vendetta. C’est une action vindicative dans toute sa nature. C’est ce que nous avons dit et répété pendant des années et des années. Ce n’est rien d’autre que la vengeance de l’Empire pour l’exposition de vérités gênantes sur la réalité des États-Unis. C’est tout simplement la réalité.

M.T.: Le 4 janvier 2021, le tribunal de Londres a refusé l’extradition vers les États-Unis, invoquant le fait que la dépression clinique et l’autisme, dont souffre Assange, pourraient le pousser au suicide. Pourquoi le tribunal n’a-t-il pas tenu compte de ses problèmes de santé mentale maintenant ?

K.H.: Ils en tiennent compte dans la Haute Cour. Et ils rejettent les arguments de l’avocat américain selon lesquels la cour a été en quelque sorte induite en erreur par le tribunal de première instance ou que le professeur qui a effectué l’évaluation psychiatrique, qui est un membre éminent de sa profession au Royaume-Uni, est en quelque sorte arrivé à une conclusion erronée. La Haute Cour n’est pas en désaccord avec cette estimation, et elle n’est pas d’accord avec ce que les avocats américains soutiennent. Cependant, ils disent simplement qu’ils font confiance au gouvernement des États-Unis pour gérer la situation de manière à ce qu’il reçoive un traitement adéquat, qu’il ne soit pas placé en isolement, etc. et ainsi de suite, les soi-disant assurances dont nous avons parlé. C’est donc contradictoire et très grave par nature, comme l’a affirmé cet après-midi le responsable européen d’Amnesty International. Ils sont fondamentalement prêts à risquer sa vie. Dans ces circonstances, en permettant son extradition. C’est totalement inacceptable. On ne joue pas avec la vie des gens comme ça.