№00629

Kathleen  Folbigg

CAS №00629
Nom: Kathleen Folbigg
Pays: Australie
Violation des droits: Erreur judiciaire
Année: 2023
Informations sur le cas:

Kathleen Folbigg a passé 20 ans dans une prison australienne, accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis. Kathleen a été qualifiée d’infanticide et de “femme la plus détestée d’Australie” lorsqu’elle a été reconnue coupable d’avoir tué ses quatre enfants en 2003. En juin 2023, la Cour d’appel a annulé la condamnation de Kathleen Folbigg à la suite d’une enquête qui a examiné de nouvelles preuves scientifiques et a conclu qu’il existait un doute raisonnable quant à sa culpabilité.

Kathleen a dénoncé un procès bâclé : pour la déclarer coupable, le procureur s’est appuyé sur la loi controversée de Meadow, qui stipule que dans les familles où trois nourrissons ou plus meurent subitement, les parents sont présumés être les meurtriers. La condamnation initiale de Mme Folbigg n’était pas fondée sur des preuves médicales expliquant comment ses quatre jeunes enfants – Caleb, Patrick, Sarah et Laura – sont morts entre 1989 et 1999, à l’âge de 19 jours jusqu’à 18 mois. Les juges ont cité des extraits de son journal intime comme preuve de la culpabilité de Kathleen Folbigg.

En 2018, une équipe d’experts a mené une étude montrant que Kathleen Folbigg et ses deux filles sont porteuses d’une anomalie génétique rare connue sous le nom de “CALM2-G114R”. Les deux garçons étaient porteurs d’une variante du gène “BSN”. “Il a été démontré que ce gène provoque l’épilepsie avec une mort précoce”, explique l’immunologiste Carola Vinuesa, ajoutant qu'”il y a une forte probabilité que la mort de ces quatre enfants soit naturelle”.

Cette affaire pourrait donner lieu à l’indemnisation la plus importante pour condamnation injustifiée en Australie – et à une révision du système judiciaire australien.

СМИ

MÉDIA SUR L'AFFAIRE:

“J’ai la possibilité de reconstruire ma vie. Une chance que beaucoup d’autres n’auront jamais. Nous devons améliorer le système judiciaire australien pour garantir des procès équitables, car la vérité est très importante.”

slate

Des dossiers

ÉTAT DE CAS:

Le groupe d’action a écrit au président australien Anthony Albaniz et au procureur général Mark Dreyfus pour leur demander des éclaircissements sur l’affaire en cours. Le groupe d’action estime qu’il est important de lutter contre les brutalités policières et peut fournir une assistance juridique et informative à Kathleen Folbigg si nécessaire.